• Acropolis Now

    Acropolis Now

    The EconomistLondres

    La crise grecque, qui s'étend à la zone euro, est en train de devenir incontrôlable, et The Economist illustre bien l'atmosphère ambiante avec une couverture inspirée d'Apocalypse Now, le film sur la guerre du Vietnam de Francis Ford Coppola. "Certains pourront rester stupéfiaits qu'une petite économie périphérique puisse d'un coup menacer la plus grande zone économique du monde", écrit l'hebdomadaire. Ce dernier blâme ouvertement l'Allemagne, qui traîne les pieds pour le plan de sauvetage. "Depuis le début, l'Allemagne a essayé d'avoir le beurre et l'argent du beurre: aider la Grèce d'un côté, tout en la punissant pour ses erreurs, soutenir l'économie grecque sans toutefois dépenser de l'argent, cantonner le problème à un aspect strictement grec, alors que les banques allemandes et les citoyens allemands, qui prêtent à la Grèce, étaient également engagés". Plutôt que de simplement expliquer à son électorat pourquoi aider la Grèce était dans son intérêt national,"Angela Merkel a eu peur de les contrarier avant la grande élection du 9 mai". Pour l'hebdomadaire, "l'Europe n'arrêtera pas cette crise à moins que ses appareils de décision soient réformés et que l'Allemagne change radicalement son comportement".

    Par ailleurs, comme de coutume, à la vielle des grandes élections britanniques, The Economist  déclare ouvertement quel est son candidat. Et pour l'hebdomadaire conservateur, le choix se porte sur le torry David Cameron en dépit de "ses nombreuses erreurs" et de "sa campagne bien terne" .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :