• ALIMENTATION - Face aux aléas climatiques, la Chine...

    ALIMENTATION - Face aux aléas climatiques, la Chine...

    ALIMENTATION

    Face aux aléas climatiques, la Chine est inquiète pour son bol de riz

    Les inondations réduisent la récolte de riz et peuvent gonfler l'inflation au-delà de 3 %.

     

    Au moment où les acheteurs de riz commencent leur tournée des fermiers, la Chine s'inquiète de la hausse du prix de son riz, risquant de porter l'inflation au-delà de 3 %. Les pluies torrentielles et les inondations qu'elles ont causées ont détruit plus de 7 millions d'hectares cultivés. Selon le site Internet cngrain.com du géant public des céréales Sinograin, le cours du riz était à la mi-août en hausse de 16 % par rapport à l'an dernier. Liu Chunyu arpente le Heilongjiang (Nord) à la tête de sa compagnie de trading de riz, la Jian San Jiang. « Dans notre province, la récolte a été excellente, mais les paysans me vendent le gramme 10 centimes de yuan de plus que l'année dernière. Ils savent qu'ils le peuvent avec les inondations dans le Sud », explique-t-il.

    Dans ces régions, 20 % à 30 % de la récolte pourrait être perdu, faisant chuter la production de riz de 10 % par rapport à l'an passé.

    Pour la Chine, premier producteur et consommateur de riz au monde, le grain blanc est un produit hautement politique. Le Premier ministre Wen Jiabao a ainsi lui-même présidé une réunion pour sécuriser la récolte d'automne, la plus importante (environ 75 % de la production annuelle) ; 128 millions d'euros étant débloqués pour aider les agriculteurs à acheter des engrais et des pesticides.

    Spéculation

    Pékin redoute que ces inondations dans le Sud cet été et la sécheresse dans le Nord cet hiver maintiennent l'inflation, déjà à 3,3 % en juillet, au-delà de son objectif de 3 %. Le prix du blé qui flambe entraîne dans son sillage celui du riz, céréale de remplacement quand le blé se fait trop cher. A Shanghai, Zhou Jiaxin, analyste à Guoyuan Securities, juge la hausse des prix « irrationnelle », « des spéculateurs jouant sur l'effet psychologique des inondations pour faire monter artificiellement le cours du riz ». La très mauvaise récolte de cette année ne fait pas peser de menace sur la sécurité alimentaire, les stocks de riz étant importants (environ 55 millions de tonnes). Emilie Torgemen, à Shanghai


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :