• Après Xynthia, les élus dénoncent le rôle de l'Etat

    Après Xynthia, les élus dénoncent le rôle de l'Etat

    Lors d'un déplacement en Vendée, mardi, Nicolas Sarkozy devrait dévoiler les résultats de l'enquête sur la catastrophe


    Vendée, Charente-Maritime Envoyé spécial

                Des piles de matelas sur les trottoirs, des montagnes de meubles dans les jardins : deux semaines après la tempête Xynthia, qui a fait 53 morts en France et dévasté des centaines de maisons dimanche 28 février, le soleil n'a pas fini de sécher les côtes ravagées de Charente-Maritime et de Vendée. Mais pendant que les milliers de maisons inondées sont vidées et récurées, chacun sait que le débat sur l'urbanisation intensive de ce littoral à risque ne fait que commencer.

    Muni des résultats de l'enquête commandée pour déterminer les causes de la catastrophe, le président de la République, Nicolas Sarkozy, doit se rendre dans ces deux départements, mardi 16 mars, pour préparer " les décisions destinées à améliorer leur protection contre les aléas naturels dans les années à venir ".

    Les maires ont été sévèrement mis en cause, au lendemain du drame, pour avoir développé leur commune dans des zones inondables. Le préfet de Vendée, Jean-Jacques Brot, entré en fonction deux semaines seulement avant la tempête, a eu des mots très durs contre des municipalités accusées d'avoir ignoré les mises en garde répétées des services de l'Etat.

    Alors que l'Assemblée nationale comme le Sénat envisagent de former des commissions d'enquête, les élus locaux refusent de porter seuls le chapeau. " C'est toute une chaîne de responsabilités qui est en cause. L'Etat, les municipalités, les promoteurs, les propriétaires, les assureurs : tout le monde connaissait les risques ", résume le maire de La Tranche-sur-Mer, Serge Kubryk, qui prépare une communauté de communes avec La Faute-sur-Mer et L'Aiguillon-sur-Mer, les deux villages les plus durement touchés de Vendée.

    Si les municipalités ont à tout le moins manqué de prudence, les critiques virulentes de la préfecture masquent aussi un réveil bien tardif des services de l'Etat. Pour sa défense, la préfecture de Vendée brandit aujourd'hui le plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) élaboré par sa direction départementale de l'équipement (DDE), dont les communes auraient retardé l'application. La Faute-sur-Mer, où 29 habitants ont péri noyés, y apparaît presque entièrement en rouge, couleur synonyme d'interdiction de construire en raison d'un risque majeur. L'Aiguillon-sur-Mer, de l'autre côté de l'estuaire du Lay, affiche une bonne quantité de bleu foncé - risque important - et deux vastes zones rouges, dont la pointe de l'Aiguillon, superbe décor sauvage aujourd'hui dévasté où 250 maisons ont été construites, pour la plupart en toute illégalité, depuis les années 1950.

    Problème : ce document n'a été élaboré qu'en 2008, alors que l'urbanisation était déjà largement achevée. " Jusque-là, nous avions pour référence un PPRI daté de 2002, d'après lequel L'Aiguillon ne compte aucune zone rouge et où les lotissements de La Faute sont en bleu clair ", témoigne le maire de L'Aiguillon, Maurice Milcent, en étalant la carte sur son bureau. C'est d'ailleurs toujours ce document qui fait foi, le nouveau PPRI n'ayant pas encore été soumis à l'enquête publique, en raison notamment de l'opposition du maire de La Faute, René Marratier.

    " En toute légalité "

    " On peut se demander quel était le sens d'inscrire en zone rouge des parcelles déjà entièrement couvertes de lotissements ",  observe Joël Sarlot, vice-président du conseil général de Vendée et président du Conseil d'architecture, d'urbanisme et d'environnement. D'autant plus, ajoute M. Kubryk, que toutes les constructions ont été menées avec la bénédiction des services de l'Etat : " Non seulement, la DDE ne s'est pas opposée aux permis de construire, mais dans de petites communes comme La Faute-sur-Mer, c'est la DDE elle-même qui instruit directement ces permis. L'Etat connaissait donc parfaitement la situation. "

    Il savait, ainsi, que les lotissements de la " cuvette " de La Faute-sur-Mer étaient bâtis à 3,70 mètres seulement au-dessus du niveau de la mer, quand le dossier départemental des risques majeurs établi par la préfecture stipule un niveau minimum de 4 mètres.

    " Le vrai drame, c'est que l'essentiel des constructions ont été faites en toute légalité, analyse un responsable régional du littoral. C'est une succession d'erreurs collectives, face à une demande d'urbanisation colossale et à d'énormes intérêts économiques. "  Une situation moins facile à résoudre que la recherche d'un coupable.

    Grégoire Allix

    Et en toile de fond l’appât du gain, la recherche d’un profit à tout prix, n’importe quel prix !!!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :