• Banquiers et assureurs se mettent à la " charia compatible "

    Banquiers et assureurs se mettent à la " charia compatible "

                AU ROYAUME-UNI, trois banques islamiques ont déjà pignon sur rue et les établissements financiers britanniques ouvrent des "  islamic windows " pour garder leurs clients musulmans. En Allemagne, la Kuwait Turk Bank, une banque basée en Turquie et au Koweït, a reçu l'agrément des autorités du Bade-Wurtemberg pour ouvrir, dès 2010, des bureaux à Mannheim et distribuer des produits financiers " charia compatible ". Elle prévoit d'ouvrir dix succursales en Allemagne.

    Les musulmans de France auront-ils bientôt accès eux aussi à des banques islamiques distribuant des crédits sans intérêt pour monter une entreprise ou acheter un appartement, des obligations conformes à la charia pour placer son épargne, des assurances immobilières ou responsabilité civile conformes aux lois de l'islam ?

    Depuis 2008, le gouvernement et les milieux financiers multiplient les efforts pour attirer en France une partie des 500 milliards de " pétrodollars " (environ 370 milliards d'euros) actuellement investis à Londres ou New York. Les détenteurs de capitaux islamiques répondent qu'ils sont intéressés par la place financière parisienne, mais insistent discrètement pour avoir le droit de s'adresser directement à la population musulmane de France.

    Des résistances

    La conversion du cadre juridique et notamment du code civil aux principes du droit islamique se heurte toutefois à des résistances. Ainsi, le 14 octobre 2009, 60 députés socialistes ont fait annuler par le Conseil constitutionnel deux articles de la loi sur l'accès au crédit des petites et moyennes entreprises (PME), qui auraient permis d'assouplir le régime de la fiducie. Le Conseil constitutionnel ne s'est pas prononcé sur le fait de savoir si une fiducie réformée favorisait les formes de crédit islamique, mais a jugé que ces deux articles n'avaient rien à voir avec le projet de loi dans lequel ils étaient insérés. Résultat : le lancement d'une émission obligataire de plus d'un milliard d'euros sous la forme d'un sukuk (obligation islamique) qui devait avoir lieu sur la place de Paris fin 2009 a dû être reporté.

    Les banques islamiques du monde arabe attendent avec impatience l'ouverture d'un marché de six millions de personnes. Et les banques françaises se préparent à ouvrir - comme les britanniques - des " guichets islamiques " distincts des agences du réseau traditionnel. En attendant le jour J, elles testent des produits susceptibles de séduire la clientèle musulmane pratiquante. La Société générale expérimente, depuis 2008, deux produits financiers conformes à la charia dans l'île de la Réunion. BNP, qui affirme n'avoir aucune initiative de ce côté-là, testerait elle aussi à la Réunion, via sa filiale Cortal Consors, un produit en conformité avec la loi islamique : le Shariah Phoenix 7 %. Le Crédit agricole, qui se vante d'une  " expérience de quinze ans dans la gestion de fonds conformes à la charia ", offre aux institutionnels une sicav " charia compatible ".

    Quant aux assureurs mutualistes, ils ont pris connaissance en décembre 2009 d'un rapport qu'ils avaient commandé à Cedormir Nestorovic, professeur à l'Essec, sur le takaful, un produit d'assurance conforme à la charia.

    Y. M


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :