• " Ce n'est pas de la spéculation "

    " Ce n'est pas de la spéculation "

    David Thesmar, professeur à HEC

    Antirégulation

    Le monde politique est entré dans une logique d'opposition systématique aux marchés en utilisant aujourd'hui une rhétorique de confrontation. Mais dicter sa loi aux marchés ne peut pas être efficace. Cette méthode n'est pas la bonne. Les marchés ne comprennent que les messages clairs et crédibles. On ne peut pas les duper comme on dupe un électeur. Aussi, quand l'Europe annonce un plan de sauvetage de la Grèce qui ne tient pas la route, cela n'empêche pas les marchés de continuer à baisser.

    Il ne suffit pas de dire " la Grèce ne fera pas faillite " pour rassurer les opérateurs. Et ce n'est pas de spéculation qu'il s'agit. En ce qui concerne la régulation du système, c'est un autre problème. Le sujet est délicat, car la finance est très douée pour contourner les règles, cela rend le travail des régulateurs très difficile. Un exemple : on peut décider de réglementer des marchés qui ne le sont pas, mais si on le fait, demain les acteurs du marché mèneront d'autres opérations d'achat ou de vente dans leur coin par le biais des opérations de gré à gré. Cela, on ne peut l'interdire.

    Réguler les marchés est possible, mais c'est très difficile. Il faut comprendre les enjeux, les techniques utilisées par les financiers. Au moment de la crise des subprimes, beaucoup de règles ont été violées par les banques sans qu'elles s'en cachent. Les régulateurs ont laissé faire, car ils ne comprenaient pas les méfaits des procédés.

    Propos recueillis par C. G.

     

    David Thesmar est l'auteur du " Grand Méchant Marché " (Flammarion, 2007)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :