• Comment éviter une guerre des monnaies

    Comment éviter une guerre des monnaies

    Barry Eichengreen and Douglas Irwin
     


     

    BERKELEY – Après trois ans de crise financière, on pourrait penser que toute analogie à la Grande Dépression serait abandonnée. Mais elle persiste, avec plus de force qu’auparavant. La crainte aujourd’hui est qu’une guerre des devises, avec son lot de barrières tarifaires et de représailles, pourraient entrainer des perturbations dans le système international du commerce aussi sérieuses que celles des années 30.

    Il y a de bonnes raisons de s’inquiéter car l’expérience des années 30 suggère que les conflits de taux de change peuvent être même plus dangereuses que les dépressions sévères de par les pressions protectionnistes qu’elles entrainent. 

    En fait, ce ne sont pas les pays aux prises avec les pires récessions économiques et les plus forts taux de chômage qui ont le plus augmenté les barrières tarifaires et resserré les quotas dans les années 30. En comparant les pays, on se rend compte qu’il n’y avait pas de liens entre soit l’ampleur et la durée de la chute de la production et l’augmentation des niveaux de protection, ou l’ampleur de l’augmentation du chômage et l’étendue du protectionnisme.

    La raison pour laquelle les pays qui ont été le plus frappé dans les années 30 n’ont pas été tentés de répondre en protégeant l’industrie de la concurrence étrangère est simple. Il y eut un effondrement de la demande au début de la Grande Dépression, qui en retour a conduit à une  chute brutale des importations. En conséquence, les niveaux de pénétration des importations ont effectivement baissé, et de façon dramatique, dans presque tous les pays. Les producteurs avaient des problèmes, bien sur, mais la concurrence de l’importation était le moindre de tous.

    Il est arrivé la même chose cette fois-ci : lorsque la crise est devenue globale en 2008-2009, les importations ont chuté plus rapidement que la production. Avec la chute des échanges commerciaux, la concurrence étrangère a été un moindre problème pour les secteurs sensibles à l’importation. En conséquence, il y a eu peu de réactions protectionnistes. La Banque Mondiale a estimé que seuls 2% de la baisse dans les échanges commerciaux pendant la crise étaient dus à une montée du protectionnisme. Dans les années 30, par contre, environ la moitié de la baisse des échanges commerciaux mondiaux découlait du protectionnisme.

    Pourquoi cette différence aujourd’hui ?

    C’est à cause des conflits de devises. Dans les années 30, les pays qui avaient augmenté leurs barrières tarifaires et resserré les quotas étaient ceux qui manquaient de capacités pour gérer leurs taux de change – principalement les pays qui sont restés indexés sur l’or. En 1931, après que la Grande Bretagne et une vingtaine d’autres pays aient suspendu leur convertibilité à l’or et autorisé une dévaluation de leur monnaie, les pays qui avaient préservé leur convertibilité à l’or se sont retrouvés dans un étau déflationniste. Désespérés, ils ont essayé de défendre leur économie par n’importe quel moyen et se sont rabattus sur des mesures protectionnistes, en imposant des droits de « dumping des taux de changes » et des quotas d’importations pour compenser la perte de compétitivité causée par la surévaluation progressive de leurs monnaies.

    Mais les restrictions commerciales furent un faible substitut aux mesures de relance intérieure, puisqu’elles n’ont pas permis d’arrêter la chute des prix et de la production. Et elles n’ont pas non plus permis de stabiliser les systèmes bancaires délabrés. Par contre, les pays qui avaient donné du lest à leur politique monétaire et pris des mesures de relance n’ont pas seulement mieux stabilisé leurs systèmes financiers et récupéré plus rapidement, mais ils ont aussi évité le reflexe protectionniste toxique du moment.

    Les Etats-Unis sont aujourd’hui dans la situation des pays qui étaient indexés à l’or dans les années 30. Ils ne peuvent ajuster unilatéralement le niveau du dollar par rapport au renminbi chinois. La courbe de l’emploi est décevante et les craintes de déflation persistent. Par manque d’autres instruments pour répondre aux problèmes, les pressions protectionnistes enflent.

    Alors que peut-on faire pour trouver une solution à cette situation sans tomber dans le « chacun pour soi », avec des représailles à tout va ? Dans la période de déflation des années 30, la meilleure manière de contenir les pressions protectionnistes était d’utiliser activement la politique monétaire pour faire remonter les niveaux de prix et stimuler la reprise économique. Il en est de même aujourd’hui. Si les craintes de déflation reculaient et si les courbes de la production et de l’emploi remontaient de manière plus vigoureuse, cela dissiperait les pressions protectionnistes.

    Le vilain petit canard, donc, n’est pas la Chine, mais le Bureau de la Réserve Fédérale américaine, qui rechigne à utiliser les outils à sa disposition pour vaincre la déflation et redynamiser l’emploi. Le Congrès aurait ainsi moins de pressions à pointer du doigt un coupable, quel qu’il soit – dans ce cas précis, la Chine – pour la reprise américaine sans emplois. La Fed ferait bien de suivre l’option pour laquelle la Banque du Japon a opté.

    Bien sur, avec un renminbi fixé par rapport au dollar, la Fed relancerait effectivement non seulement l’économie américaine mais aussi celle de la Chine. Mais cela est dans ses moyens. L’économie de la Chine ne représente encore qu’une fraction de l’économie américaine, et la capacité de la Fed à gonfler son bilan est effectivement illimitée.

    Le résultat pourrait bien ne pas plaire à la Chine. L’inflation y est déjà un peu trop forte. Heureusement, le gouvernement chinois a une solution toute prête pour résoudre le problème : c’est vrai, elle peut réévaluer sa monnaie.

    Barry Eichengreen est professeur en économie à l’université de Californie à Berkeley ;

     Douglas Irwin est professeur en économie au Dartmouth College.

    Copyright: Project Syndicate, 2010.
    www.project-syndicate.org

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :