• Voila ce que j’écrivais début 2006 dans un manuel destiné a la formation de Gestionnaire de Patrimoine ( profession bancaire), et donc enseigné a nos étudiants ( environ 500 par an sur l’ensemble du territoire ) . Formation diplômante validée par un DESS en finance.

    Tout y était déjà : les mêmes raisonnements qui ont aboutit à notre crise.

    On nous explique aujourd’hui que nous ne pouvions prévoir. Cela n’est pas vrai.

    Le seul problème et que ce transfert de risque vers l’épargnant a pris des nom multiples et divers ( Titrisation – sur tout et partout- , prêt subprimes et toutes sa déclinaison, Epargne retraite au lieu de répartition, etc…). Et cela continue…

    L’autre question, ce transfert de risque ( avec une atomisation dans des mains « faible ») c’est en fait retourné contre les institutions financières, car ces « épargnants » était surtout des « endettés » et le jour ou globalement il n’on pas put rembourser leur dettes…..doivent aller vers les ménages et renflouer ceux-ci ( comme le dit Jorion, Roubini et quelques autres ).

     

    Référence des textes :

    Fédération Française des sociétés d’assurance note d’information du 23/11/2005

    L’instruction fiscale N°182 du 4/11/2005

    Les assureurs et le financement des entreprises ( les entretiens de l’assurance 2005 ) a lire , les arguments .

     

    Explications complémentaires :

    Source FFSA :

     

    En outre, un contrat en UC est quatre fois moins consommateur en fonds propres qu'un contrat en euro : la marge de solvabilité doit être égale à 1 % de l'épargne gérée pour le premier, contre 4 % seulement pour le second.

    Cela signifie clairement que les fons propres nécessaires pour l’assureur sont divisé par quatre ( comme dans la titrisation). 

    <st1:personname productid="ミ놠ヺ"></st1:personname>

    <st1:personname productid="ミ놠ヺ"></st1:personname>

    <st1:personname productid="ミ놠ヺ"></st1:personname>


    2 commentaires
    • AFP le 05/06/2009 à 18:02
    La crise économique risque d'être le "déclencheur" de conflits en Afrique :

     

    La récession mondiale risque d'être "le déclencheur de conflits" en Afrique et d'effacer les avancées réalisées ces dix dernières années sur le continent, a affirmé à l'AFP le chef économiste de la Banque africaine de développement (BAD), Louis Kasekende, vendredi à Paris.

    "Ma plus grand peur serait que la croissance du revenu par habitant dépasse la croissance démographique, ce qui ferait de nouveau tomber les populations dans la pauvreté", a déclaré M. Kasekende, en marge du Forum économique international sur l'Afrique 2009.

    La crise économique pourrait alors "provoquer des tensions sociales et être le déclencheur des conflits" après "les avancées en termes de gouvernance et de réduction des conflits" réalisées au cours des dix dernières années, a-t-il ajouté.

    L'OCDE prévoit un "tassement brutal" de la croissance sur le continent en 2009 avec un produit intérieur brut (PIB) africain qui devrait progresser de 2,8% l'an prochain, soit moitié moins qu'en 2008 (+5,7%). Le FMI est encore plus pessimiste (+2,0% prévu cette année).

    "Si la crise se prolonge, il faudra une réponse plus importante de nos partenaires de développement", a précisé M. Kasekende, appelant les pays riches à "tenir leurs engagements" en termes d'aide au développement et les exhortant à "limiter" la période de crise pour relancer l'activité mondiale.

    "Nous avons besoin de faire davantage de commerce et d'être à nouveau connectés aux marchés de capitaux", a-t-il précisé.

    Concernant une éventuelle dévaluation du franc CFA, lié à l'euro par un système de parité fixe, M. Kasekende a indiqué que la BAD devait encore étudier la question mais il s'est toutefois référé aux propos d'un ministre africain participant lors du Forum selon qui "ce n'est pas le bon moment pour une dévaluation".


    votre commentaire
  • A voir, A Revoir, Et a Rerevoir,

    Dans un langage simple Paul Jorion,

    - explique la crise

    - la gestion actuelle de la crise

    - un condensé des questions devant lesquelles on se trouvent, des esquissent de pistes (frappés du bon sens) et malgré la gravité il reste assez optimiste.

    Je ne connais Jorion que depuis 2006 et encore par hasard, mais depuis je suis assidument ( je participe même a certaines de ses activités), pour moi fait assurément partie des personnes a découvrir. Il connait de l'intérieur le système, surtout américain, et son "honnêteté intellectuelle" fait que sa voix doit compter. Tout cela sans langue de Bois.

    Un DOCUMENT

     

    Je suis assez frappé que son regard sur les Etats-Unis soit proche de quelqu’un qui est lui Américain et qui a écrit en 2002 "La fin de l'Empire américain", qui travaille dans la finance mon ami Bill Bonner.

    Le fichier étant trop volumineux je vous donne le lien de Francemusique Parlons net Paul Jorion 

     


    votre commentaire
  • Au départ on avait quatre phases d’évolution de la crise, depuis on en a ajouté une cinquième, qui est en train de se profiler; ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle quant à la crise que nous traversons. On croyait au départ que les politiques viseraient à mettre en place tant bien que mal une alternative au système actuel qui est en train de se casser la figure. Or, depuis un an et demi, les mesures prises par les différentes instances politiques non seulement n’ont aucun impact, mais en plus ne permettent pas de faire face à la déconfiture des fondements mêmes du système économique mondial ( voir les faillites de plus en plus nombreuses et pas seulement dans les banques ). Par contre, toutes les composantes du système international s’affaiblissent – dans les domaines financier, politique et économique.

    C’est pourquoi je pense que se mettra en place une cinquième phase de dislocation géopolitique mondiale, qui n’est pas une phase de guerres civiles généralisées, contrairement à ce que certains journaux veulent bien titrer, mais de frictions, d’éclats de violences et d’émergence de factions à des degrés que les gens aujourd’hui n’imaginent pas, de la même manière qu’ils n’imaginaient pas en septembre 2008 l’effondrement boursier.

    Je pense notamment que de grandes entités politiques comme les États-Unis, <st1:personname productid="La Russie" w:st="on">la Russie</st1:personname>, <st1:personname productid="la Chine" w:st="on">la Chine</st1:personname> et l’Union européenne feront face à des cassures géopolitiques internes, des problèmes de frontières et de remise en cause des relations internationales qui fait qu’on va s’orienter vers une logique de blocs, avec d’un côté le bloc asiatique, de l’autre le bloc européen et ainsi de suite. Le Canada va devoir faire un choix très difficile, à savoir s’il y aura un bloc nord-américain ou pas. Bref, on assistera à une dislocation du système international tel qu’on le connaît parce que ce sera le sauve-qui-peut généralisé.

    Au moment ou j’écrivais mon billet je suis allé sur le site éco du Crédit agricole, et voila ce que j’y trouve :

    lien 

    Émergents : crise mondiale, risques politiques locaux

    L'éclatement de la bulle d'endettement en Europe centrale et orientale et le récent défaut de l'Equateur ont convaincu les marchés de la réalité d'une remontée du risque «émergents», au-delà de la crise financière globale. Ce risque est parfois immédiatement politique (Equateur) mais, plus souvent, le laxisme des autorités face à la montée des déséquilibres a aussi retardé les corrections nécessaires et in fine affecté la capacity to pay. Cependant, le consensus sur une certaine discipline fiscale et sur la flexibilité des stabilisateurs (taux d'intérêt, taux de change) semble résister et devrait permettre le retour à une croissance équilibrée plus rapide dans les pays émergents. Enfin, il convient de rappeler que la crise financière est largement née dans les pays développés de ce laxisme dont on accuse trop exclusivement les émergents.

     

    Sommaire

    - La montée du risque politique
    - L'Amérique latine, ces révolutionnaires, ses structuralistes, ses inégalités
    - Europe orientale : des maux de gouvernance
    - Nouveaux Etats membres : un double anniversaire dans la douleur
    - La remontée du risque politique au Maghreb et au Moyen-Orient
    - Asie : une montée des tensions à l’horizon
    - Afrique sub-saharienne : la bombe démographique

     


    votre commentaire

  • 1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique