• Dépêche Reuters, APF et autres du vendredi 24/4/2009, site Boursorama

    Eléments Macro et financiers positifs

    Eléments Macro et financiers négatifs

    Wall Street salue des résultats et des indicateurs au-delà de ses attentes ("moins négatifs qu'attendu")

    Les pays en développement ont besoin d'une aide urgente face à la crise, selon le G-24

    <st1:personname productid="La R←serve" w:st="on">La Réserve</st1:personname> fédérale a décrit la méthodologie utilisée pour les "tests de résistance" auxquels ont été soumises les 19 grandes banques du pays. Elle a précisé que la plupart des grandes banques américaines ont un niveau de fonds propres "bien supérieur" aux exigences réglementaires. ( résultats très critiqués par nombre d’économiste, voir ici même Geithner etc..) résultats publiés le4/5/2009

    La récession empire au Royaume-Uni, douchant l'espoir d'une reprise rapide

     

    Le Trésor américain prête deux milliards de dollars supplémentaires à General Motors

     

    Berlin pourrait injecter 5,6 milliards d'euros dans Hypo Real

     

    Hypo Real Estate annonce que le gouvernement allemand va prendre 90% de son capital

     

    Dans tout cela le FMI abaisse encore les prévisions de croissance mondiale.

    Par rapport a janvier jugé ( révision en baisse de x%) : révisé de -1.8% pour le monde en 2009, -1.2% EU,-2.2%zone euro,-3%l’Allemagne, que -1% pour <st1:personname productid="la France" w:st="on">la France</st1:personname>, -3.6% pour le Japon, -0.2% pour la chine et pour 2010 les baisses encore mais en moyenne de -0.6 a-1.

    Le commerce Mondial révisé a -11% en 2009 et stable en 2010.

    Ce qui est inquiétant c’est la chute du commerce mondial et la « persistance de la fragilité du système financier international ». L’économiste en chef a rappelé l’impérieuse nécessité de restaurer la santé des banques. Citant au passage le coût de la crise – 4054 milliards de $ - dont les deux tiers doivent encore être passés dans les comptes des institutions bancaires !!!!!

    Je vous laisse analyser cela.


    votre commentaire
  • J’aime bien la juxtaposition des Dépêche sur Boursorama , sans commentaires !!!!

     

    7/5/2009

    08,21

    SOCIETE GENERALE : perte surprise au premier trimestre

    7/5/2009

    14,47

    GENERAL MOTORS : perte de 6 milliards de dollars

    8/5/2009

    08,40

    SOCIETE GENERALE : Standard and Poor's abaisse sa note

    8/5/2009

    09,38

    AIG : perte nette de 4,35 milliards au premier trimestre

    8/5/2009

    11,30

    CITIGROUP envisage d'augmenter son programme d'échange

    8/5/2009

    11,47

    BANQUES US : 10 établissements doivent lever 74,6 milliards

    8/5/2009

    14,28

    Morgan Stanley : annonce une levée de capitaux

    8/5/2009

    14,35

    USA : le taux de chômage remonte à 8,9%

    8/5/2009

    14,48

    L'économie américaine a détruit 539.000 emplois en avril

    8/5/2009

    15,47

    Bank of America va lever des fonds

    8/5/2009

    15,16

    Wells Fargo : augmentation de capital de 7,5 Mds$.

    8/5/2009

    15,24

    L'économie américaine détruit moins d'emplois que prévu en avril

    8/5/2009

    15,47

    Bank of America va lever des fonds

    8/5/2009

    18,06

    USA: le chômage au plus haut depuis 1983 en avril

    8/5/2009

    18,30

    Toyota confronté aux pires pertes de son histoire

    8/5/2009

    20,33

    GMAC va recevoir un soutien important de l'Etat, selon Geithner

    8/5/2009

    21,11

    Fannie Mae, dans le rouge, demande de nouveaux fonds au Trésor

    8/5/2009

    21,41

    Les banques américaines préparent déjà leur recapitalisation

    8/5/2009

    22,46

    Wall Street gagne 1,96%, rassurée par les banques et l'emploi

    9/5/2009

    00,27

    USA: les pertes d'emplois diminuent mais le chômage continue son ascension...

    9/5/2009

    17,09

    USA: les banques auraient négocié les résultats des tests de résistance

    10/5/2009

    12,36

    Pétrole : une récession prolongée menacerait les exportateurs du Moyen-Orient

     

    En fait tout va bien, dormez tranquille....Certes ces nouvelles la ne sont pas des sondages comme la semaine dernière souvenez vous….

    Depuis le début de l’année je suis déjà a un total de 30Milliards de dollar supplémentaires de dépréciation  dans les banques…………

    Les Etats-Unis ferment chaque semaine des banques, Mais tout va bien…….

    En fait le test de résistance des banques américaines rassurent : sur les 19 banques ( GMAC vous saviez que c’était une banque elle y figure pour un capital exigée de 11.5M$- Filiale financière de GM ), aucune ne risque l’insolvabilité, mais <st1:personname productid="la Fed" w:st="on">la FED</st1:personname> estime que ces 19 banques pourraient encore subir des pertes de crédit de 600 M$ en 2009 et 2010. Mais en dehors des chiffres faudrait vois si ces test sont fiables, quelles hypothèses on a pris. Je vous rassure, l’hypothèse de base la croissance américaine pour 2009 -3% ( elle est de -6.3% en rythme annualisé déjà sur le premier trimestre. Pour rappel avec ses hypothèse ( -4%de croissance)  le FMI trouve 300 M$ de recapitalisation. Je vous laisse choisir !!!!

    Chômage : On ne se réjouira pas encore ce mois-ci puisque 539.000 emplois furent perdus en avril, chiffre qui se serait monté à 605.000 si le gouvernement américain n’avait pas enrôlé durant le mois 66.000 contractuels en prévision du recensement de 2010. Le scénario catastrophe était que le taux de chômage atteigne les 9 % vers la fin de l’été, or les 9 % auront donc été atteints en avril. Et je ne vous parle pas des 20 % de « retraités » qui continuent de travailler , plan de retraite ( ou/et immobilier )  partis en fumée oblige !!!!!

    Le Prix Nobel d'économie, qui pilote une commission de l'ONU sur la crise financière, met en garde contre le regain d'optimisme. Pour Joseph Stiglitz, la fin d'une situation économique en "chute libre" ne doit être confondue avec les signes d'une reprise.

    La fin d'une situation économique mondiale en "chute libre" ne doit être confondue avec les signes d'une reprise, a averti vendredi l'économiste américain Joseph Stiglitz, lors d'une conférence à Estoril, près de Lisbonne.

    "Nous passons d'une situation extrême de chute libre à, seulement, une profonde récession", a affirmé M. Stiglitz, prix Nobel d'économie 2001, actuellement chargé par les Nations unies de piloter une commission indépendante d'experts sur la crise financière.

    "On entend beaucoup parler de pousses printanières, suggérant que la reprise arrive, (...) mais ce sera une crise prolongée", a-t-il ajouté.

    "Je comprends que les hommes politiques veuillent transmettre un sentiment de confiance, mais la confiance doit se baser sur un certain degré de réalité et la réalité n'est pas favorable", a souligné l'économiste, arguant que le modèle d'une économie mondiale tirée par le consommateur américain est révolu.

    M. Stiglitz participait à un cycle de conférences consacré aux défis posés par la mondialisation, où sont également attendus les anciens Premiers ministres britannique Tony Blair et espagnol José Maria Aznar.


    votre commentaire
  • La publication de la première estimation du PIB au premier trimestre de cette année atteste de la timidité de l’amélioration : son recul de 6,1 % (en rythme annualisé) ne s’inscrit que marginalement en mieux par rapport au recul de 6,3 % du trimestre précédent. Ce chiffre laisse planer un doute sur l’hypothèse que le pire de la récession, mesuré au trimestre le trimestre, est passé. Surtout que, avertissement d’usage, il est susceptible d’être largement révisé au fil des prochaines estimations des comptes nationaux. On se souviendra  que la contraction du PIB au quatrième trimestre 2008 avait été initialement estimée à 3,8 %. La composition de la croissance ce trimestre-ci est assez particulière, très différente en tout cas de celle du trimestre précédent. Elle contient à la fois des bonnes ( déstockage,) et des mauvaises nouvelles (résultats entreprises, fin stimulation de la consommation, etc…). Cependant l’indice ISM manufacturier confirme son redressement et rejoint le point bas de 2001, il sort donc de la dépression et confirme une amélioration ( ou plutôt u arrêt de la dégradation)- attention ce sont des indicateurs sondage, pas des réalités chiffrés.

    Analyse du CREDIT AGRICOLE : ( le seul a publier récemment)

    « En variation sur un an, la contraction du PIB s’amplifie. Dit autrement, la récession s’approfondit. Selon cette mesure, nous prévoyons que le point bas de la contraction serait atteint au troisième trimestre. Le creux véritable du cycle, lui, sera atteint plus tard, lorsque le niveau des indicateurs pertinents (emploi, revenu, production, ventes, PIB) aura atteint son point bas. Cela n’empêche pas les contours de la sortie de récession de se dessiner. En tout cas, divers indicateurs avancés pointent vers l’atténuation de la récession et le communiqué de <st1:personname productid="la Fed" w:st="on">la Fed</st1:personname> s’en fait, prudemment, l’écho. D’ailleurs, ce sont pour partie ces signes de mieux qui sont derrière la hausse récente des taux longs. ».

    - Nouvelles faillites bancaires aux Etat-Unis ( 3 banques dont la plus importante cette année 2 milliards de pertes pour l’organisme américains de surveillance), nous en sommes a 32 faillites cette année pour un total de 60 depuis le début 2007.

    Bonne semaine

    Juste pour signaler :

    Le Japon est officiellement entrée en déflation.

    <st1:personname productid="la Fed" w:st="on">La FED</st1:personname>, <st1:personname productid="La BOJ" w:st="on">La BOJ</st1:personname> ( banque du Japon) et <st1:personname productid="la Banque" w:st="on">la Banque</st1:personname> d’Angleterre sont maintenant en situation de ne plus pouvoir stimuler l’économie par les taux courts.

     


    votre commentaire
  • Divers :

    Le G20, juste pour prendre un exemple, le secret bancaire. L’ensemble des entreprises du CAC40 d’après Alternatives économiques, mais aussi d’autres journaux, possèdent plus de 1500 filiales ou entreprises domiciliées dans des « Paradis fiscaux ». Cout de la fraude estimé 20 Milliards d’euros le déficit de <st1:personname productid="la S←curit← Sociale." w:st="on"><st1:personname productid="la S←curit←" w:st="on">la Sécurité</st1:personname> Sociale.</st1:personname>

    Donc tirer en les leçons que vous voulez.

     

    La bulle Geithner :

     

    le jeu combiné  du plan Geithner, (qui permet aux fonds d’investissement et aux banques de racheter  les  actifs toxiques  des autres banques, en empruntant l’essentiel au budget fédéral américain), et de la modification comptable (qui permet aux banques de valoriser ces actifs à un prix élevé,- l’adoption de la norme FAS157-e va avoir un résultat immédiatement tangible : desserrer l’étau sur les plus estimables établissements de la place financière de New York-) , on voit s’installer un marché des produits dérivés, où  les unes vendront  très cher aux autres des actifs, pour en racheter d’autres, plus cher encore : ainsi se formera une bulle de valeurs d’actifs, entièrement financé par le contribuable.

    Avec cette norme nous sommes entrée aux pays des miracles comptables, après la « juste valeur » un « prix réaliste pour des marchés inactifs ».

    PS : entre guillemets les nouvelles règles comptables. En France les bilans des banques en ont aussi profité. En gros ces règles permettent de « réévaluer » de 20% ces actifs « invendables ».

     

    - Pendant ce temps deux nouvelles banques font faillites aux  Etats-Unis (bilan 3 en 2007, 25 en 2008 et déjà 25 en 2009 ) et tout cela toujours le dimanche.

     

    VERBATIM :

    «  Le discours optimiste d’avant reprendra ; il reprend déjà.   On dira même  que ceux qui avaient prédit la pire crise depuis 1929 avaient voulu se rendre intéressants,  que le capitalisme est plein de ressort, et que l’économie américaine n’a aucunement besoin qu’une réglementation planétaire  vienne freiner son dynamisme.  

    1. » Jacques ATTALI 14/4/2009

     

    « Le monde financier s’installe dans le déni et maquille ses comptes » Paul JORION 


    votre commentaire
  • 10/04/2009

    G20 : Je mets l’avis de Jacques Attali, qui répond bien a la question

    Je ne peux m’empêcher de craindre que tout cela n’annonce l’accumulation de bien de nouveaux nuages à l’horizon, parce qu’on emploie pour résoudre la crise les mêmes armes que celles qui l’ont créée. Quelques exemples :

    5 Trillions de relance ?

    1. C’est  bien la somme des sommes déjà dégagées, mélange de prêts, d’émissions monétaires, qui  représente 10% du PIB mondial ; mais qui  renvoie  à la question simple : qui finance ?  Je ne vois aucune recette, sauf la vente d’un peu d’or du FMI ; et encore, sa mise sur le marché en fera s’effondrer le prix.   Comment alors  espérer résoudre une crise de la dette en augmentant   la dette ? A terme, par l’argent des contribuables.

    Des bilans de banques plus sains ?

    1. En permettant aux banques et aux assureurs de  ne plus valoriser leurs actifs à des prix   proches de leur valeur  de marché, on améliore en apparence le bilan des banques. Mais à l’inverse, on ne les encourage pas   à se débarrasser  de leurs  actifs toxiques.  Les auditeurs vont même  se retrouver, avec ces nouvelles dispositions, dans l'obligation de valider des valorisations d'actifs même s'ils ne sont pas convaincus des hypothèses sous jacentes. Quand la vérité apparaitra,  dans quelques mois ou quelques années, il  faudra   recapitaliser ces institutions. Avec l’argent des contribuables (bis)

    Une spéculation réduite ?

    1. En apparence oui. Mais quoi, en pratique ?  Rien n’est dit sur les CDS, épée de Damoclès au dessus du système,  ni sur les paradis fiscaux anglo-saxons, grands vainqueurs du G20, ni sur la réalité de la titrisation et des effets de levier.  En fait, tout semble même continuer   comme avant : La  FSA (régulateur anglais)  a autorisé la  Barclays  à céder l’une  de ses filiales en lui permettant de financer l’acquéreur. Comme avant.  Les nouvelles valorisations autorisées vont améliorer artificiellement les fonds propres et permettre l’accroissement des effets de levier.  Comme avant.  Le plan Geithner va permettre aux  banques américaines de vendre leurs  actifs toxiques avec des effets de levier dignes des pires spéculations d’avant la crise (9 pour 1).     Comment le Comité de Stabilité Financière pourrait-il autoriser   des pratiques si contraires aux principes qu’il est supposé défendre  ?  Comment autorisera t il ainsi à des fonds spéculatifs de faire d’immense profits avec l’argent des contribuables (ter).

     Et enfin, comme rien n’est fait véritablement pour renforcer les fonds propres des banques, dont dépend la relance  durable du financement sain de la demande,   le G20 semble s’attendre  à la faillite de nombreuses  institutions financières ,   et vouloir  se prémunir contre son propre échec,  par cette phrase rassurante et terrifiante : « … we will put in place credible strategies from the measures that need to be taken… ». Autrement dit, si tout ca ne marche pas, on fera plus encore.  Plus, mais quoi?  Plus de dettes. Et à terme, plus d’impôt (quatuor)

    Au total, tout se passe malheureusement comme si, à coté de mesures tres  utiles et courageuses ,  dont j’espère infiniment qu’elles suffiront,  on mettait en place un immense plan de relance aveugle, non dirigé vers la sauvegarde des banques, ni  vers les secteurs d’avenir, et non financé, qui  pourrait se terminer ,  dans  deux mois ou dans deux ans , par des faillites,  une hyperinflation,  et  un formidable plan d’austérité.

     Tout se passe comme si les alcooliques anonymes, tout heureux de leurs  bonnes résolutions, avaient décidé, au sortir de leur réunion,  de prendre un dernier verre.  Pour la route.

     

    Voila  pourquoi le rebond  a eut lieu…..

    Les banques française avait déjà utilisé les nouvelles règles de comptabilisation pour faire apparaitre des gain pour 2008.

    A suivre et a bien regarder car nous pourrions entrer dans une phase de rebond avant un nouvel krach, un remake de 2003-2007 et après de nouveau……dans cette situation la macroéconomie aura peut d’influence.

    Extras :

    - Réédition du livre de Compte-Sponville (Philosophe )  « le capitalisme est il moral » parut en 2004. Il y montre que bien entendu cette question est mal posée, il ne peut être qu’Amoral, et que donc les dérives ne peuvent être contrôlés ( enlevés, etc…) que par la loi, et en aucun pas par une autorégulation.

    - Danny-Robert Dufour (Philosophe ) dans «  le divin marché », analyse notre nouvelle religion « celle du marché ». On pouvait à un moment penser que la cirse remettrait en cause ce paradigme (j’étais de ceux la), mais le G20 prouve le contraire. Une phrase ……mais qui en dit long.

    «  …Nous avons ratés la mise en place d’une société des égaux, il ne nous reste plus qu’a patauger dans une société des ego ».


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique