• Créons donc une nouvelle bulle !

    L'édito de Philippe Thureau-Dangin

    Créons donc une nouvelle bulle !

    Dans la liste des best-sellers aux Etats-Unis, on trouve actuellement un pavé de près de 500 pages, écrit par deux professeurs d’économie tout ce qu’il y a de plus sérieux. Le titre ? This Time Is Different (Cette époque est différente). Ou comment retracer huit cents ans de spéculation et de folie financière. On y raconte toutes les bulles, avec pour chaque épisode ce comportement moutonnier des investisseurs qui conduit à la déraison. Et puis, un jour, Madoff ou pas, tout s’écroule… Carmen M. Reinhart (université du Maryland) et Kenneth S. Rogoff (université Harvard) ont eu l’idée de cet inventaire bien avant le début de la crise, en 2008 : “Le courant dominant à l’université place les mathématiques, la théorie et l’élégance du raisonnement en premier, et la collecte des données en second”, remarque finement Rogoff, interrogé par The New York Times. Ce que ni lui ni sa collègue n’ont fait.

    Dans un article de Newsweek, le chroniqueur Robert J. Samuelson ne dit pas autre chose. Selon lui, les économistes restent loin de la réalité et ne parviennent pas à donner une lecture claire de la crise. En particulier, personne ne sait dire si nous allons au-devant d’une nouvelle récession (théorie de la crise en W) ou si les stimulants budgétaires de 2009 ont permis de passer le plus dur. Les journaux étrangers ont tout juste mentionné la contribution amusante de Christine Lagarde, qui a inventé le mot de “ri-lance” pour expliquer que la France pouvait combiner rigueur et relance. Trop fort, en effet. Fareed Zakaria, dans The Washington Post, appelle de ses vœux un nouveau paquet de dépenses gouvernementales. Dans la zone euro, en revanche, on se serre de plus en plus la ceinture, pour suivre l’orthodoxie allemande. Qui a raison ? Qui a tort ? On sait qu’en ces domaines les prophéties sont autoréalisatrices (la dépense publique peut, si on la croit efficace, encourager l’investissement privé). Et que ce sont les impressions des acteurs qui deviennent des réalités… “Cela peut paraître plus de la psychologie que de l’économie”, tente de justifier Zakaria. Alors comment recréer un climat de confiance ? Peut-être en créant une nouvelle bulle à combustion lente, comme lors des Trente Glorieuses !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :