• Dix raisons d'etre ( ou non ) optimistes

    Dix raisons d'être (ou non) optimistes

                Allons, cessons de présenter nos voeux à nos proches (et à nos lecteurs) comme un rite dépourvu de signification. Il y a au moins dix bonnes raisons d'être optimiste en ce début d'année. Vive 2010 !

    1. Le retour de l'Etat

    Ce que la gauche n'a pas réussi à faire en quinze ans, les marchés y sont parvenus en quelques semaines. Remettre l'Etat au coeur du système. Grâce à la coordination des vingt pays les plus puissants, la crise la plus grave depuis près d'un siècle a finalement été contenue. Qui aurait parié là-dessus il y a un an ?

    2. La bonne santé de la finance

    Qu'on le veuille ou non, il n'y a pas d'économie prospère sans banques prospères. Il faut donc se réjouir que ce secteur par qui le mal est arrivé soit aussi celui grâce auquel la machine repart.

    3. L'effectivité du traité de Lisbonne

    Ça y est, enfin ! L'Europe est sortie de ses problèmes institutionnels. Place à la politique, à l'économie et aux projets fédérateurs. Que vive Van Rompuy !

    4. L'émergence des émergents

    Inutile d'avoir le QI de Kissinger pour le constater : le monde a bel et bien basculé. La Chine et le Brésil pèsent autant (sinon plus) sur la scène mondiale que bien des pays développés. Mine de rien, après 500 ans de domination, l'Occident est peut-être en train de passer la main.

    5. La fin de l'atelier du monde

    Géant mondial, la Chine ne va plus pouvoir se permettre longtemps de laisser sa monnaie dévaluée. Par ailleurs, le vieillissement de sa population va la contraindre à investir massivement dans la protection sociale. La Chine à bas coûts, c'est bientôt fini. L'automobile le prouve : ce n'est plus au Salon de Shanghaï que les constructeurs présentent leurs modèles bas de gamme, mais à New Delhi.

    6. La crise de Dubaï

    Franchement, assister à l'effondrement d'un Etat qui s'est pris pour un promoteur immobilier au mépris de tout souci environnemental (et social) est plutôt réjouissant.

    7. L'explosion des réseaux sociaux

    Le développement de Facebook et autres Twitter nous fait entrer dans un nouveau monde. Finie la com' purement descendante. Même les ayatollahs de Téhéran doivent en tenir compte.

    8. Le plan santé d'Obama

    Après une longue parenthèse libérale marquée par d'importants reculs sociaux, la généralisation d'un système de santé à tous les Américains est un progrès considérable. Ne soyons pas blasés !

    9. La hausse des prix agricoles

    L'huile de palme : + 54 % sur un an, le coton : + 57 %, le jus d'orange : + 83 %, le sucre : + 130 %... Bonne nouvelle pour les producteurs, l'agriculture redevient attractive.

    10. L'échec de la taxe carbone

    L'ancienne était injuste, incompréhensible et inefficace. La nouvelle ne pourra être que meilleure. Et puis, que le Conseil constitutionnel s'oppose au pouvoir exécutif est franchement rassurant.

    Malheureusement, chers lecteurs, il y a autant de signaux inquiétants.

    1. Le retour de l'Etat

    Le retour de l'Etat, c'est aussi, en France, un omniprésident, une justice davantage aux ordres, une décentralisation menacée et un débat malsain sur l'identité nationale. Pas de quoi pavoiser.

    2. La bonne santé de la finance

    Les bonus le prouvent : aucune leçon n'a été tirée. Comme l'a déclaré Jean-Claude Trichet, dans Le Monde : " C'est une anomalie grave que certains secteurs de l'économie et de la société considèrent comme normaux des comportements qui ne correspondent pas à ce que nos démocraties acceptent. "

    3. L'effectivité du traité de Lisbonne

    Barroso, Van Rompuy, Ashton... L'Europe n'a toujours pas un numéro de téléphone unique. Et Copenhague l'a démontré : les chefs d'Etat et de gouvernement n'ont aucunement l'intention de se mettre en retrait. Quitte à accentuer la paralysie de l'Union. Triste Europe !

    4. L'émergence des émergents

    On a longtemps cru qu'un pays développé ne pouvait être que démocratique. La Chine va-t-elle nous obliger à revoir notre vision du monde ?

    5. La fin de l'atelier du monde

    L'Exposition universelle de Shanghaï qui s'ouvre fin mai sera l'occasion de nous en mettre plein la vue. Nos ingénieurs ont du souci à se faire.

    6. La crise de Dubaï

    Et si ce minuscule Etat n'était, comme la Grèce, qu'un des symptômes de la crise majeure qui nous guette : l'incapacité des Etats à rembourser leur dette ?

    7. L'explosion des réseaux sociaux

    Tous connectés ? Oui, mais aussi tous fliqués. Et de plus en plus seuls. Le nombre des Américains qui disent n'avoir personne à qui parler est passé de 10 % à 25 % en vingt ans.

    8. Le plan santé d'Obama

    Tout ça pour ça ? Cette réforme a montré aussi le poids des lobbies et la paralysie institutionnelle qui menace la première puissance mondiale.

    9. La hausse des prix agricoles

    Ce n'est pas la demande qui l'a provoquée mais en grande partie la spéculation. C'est une mauvaise nouvelle pour le milliard de personnes qui souffrent de la faim.

    10. L'échec de la taxe carbone

    On a beau dire : pour une fois, la France faisait plutôt figure de précurseur. Après l'échec de Copenhague, c'est évidemment un revers pour la lutte contre le réchauffement climatique.

    Frédéric Lemaître


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :