• G20 10/04/2009

    10/04/2009

    G20 : Je mets l’avis de Jacques Attali, qui répond bien a la question

    Je ne peux m’empêcher de craindre que tout cela n’annonce l’accumulation de bien de nouveaux nuages à l’horizon, parce qu’on emploie pour résoudre la crise les mêmes armes que celles qui l’ont créée. Quelques exemples :

    5 Trillions de relance ?

    1. C’est  bien la somme des sommes déjà dégagées, mélange de prêts, d’émissions monétaires, qui  représente 10% du PIB mondial ; mais qui  renvoie  à la question simple : qui finance ?  Je ne vois aucune recette, sauf la vente d’un peu d’or du FMI ; et encore, sa mise sur le marché en fera s’effondrer le prix.   Comment alors  espérer résoudre une crise de la dette en augmentant   la dette ? A terme, par l’argent des contribuables.

    Des bilans de banques plus sains ?

    1. En permettant aux banques et aux assureurs de  ne plus valoriser leurs actifs à des prix   proches de leur valeur  de marché, on améliore en apparence le bilan des banques. Mais à l’inverse, on ne les encourage pas   à se débarrasser  de leurs  actifs toxiques.  Les auditeurs vont même  se retrouver, avec ces nouvelles dispositions, dans l'obligation de valider des valorisations d'actifs même s'ils ne sont pas convaincus des hypothèses sous jacentes. Quand la vérité apparaitra,  dans quelques mois ou quelques années, il  faudra   recapitaliser ces institutions. Avec l’argent des contribuables (bis)

    Une spéculation réduite ?

    1. En apparence oui. Mais quoi, en pratique ?  Rien n’est dit sur les CDS, épée de Damoclès au dessus du système,  ni sur les paradis fiscaux anglo-saxons, grands vainqueurs du G20, ni sur la réalité de la titrisation et des effets de levier.  En fait, tout semble même continuer   comme avant : La  FSA (régulateur anglais)  a autorisé la  Barclays  à céder l’une  de ses filiales en lui permettant de financer l’acquéreur. Comme avant.  Les nouvelles valorisations autorisées vont améliorer artificiellement les fonds propres et permettre l’accroissement des effets de levier.  Comme avant.  Le plan Geithner va permettre aux  banques américaines de vendre leurs  actifs toxiques avec des effets de levier dignes des pires spéculations d’avant la crise (9 pour 1).     Comment le Comité de Stabilité Financière pourrait-il autoriser   des pratiques si contraires aux principes qu’il est supposé défendre  ?  Comment autorisera t il ainsi à des fonds spéculatifs de faire d’immense profits avec l’argent des contribuables (ter).

     Et enfin, comme rien n’est fait véritablement pour renforcer les fonds propres des banques, dont dépend la relance  durable du financement sain de la demande,   le G20 semble s’attendre  à la faillite de nombreuses  institutions financières ,   et vouloir  se prémunir contre son propre échec,  par cette phrase rassurante et terrifiante : « … we will put in place credible strategies from the measures that need to be taken… ». Autrement dit, si tout ca ne marche pas, on fera plus encore.  Plus, mais quoi?  Plus de dettes. Et à terme, plus d’impôt (quatuor)

    Au total, tout se passe malheureusement comme si, à coté de mesures tres  utiles et courageuses ,  dont j’espère infiniment qu’elles suffiront,  on mettait en place un immense plan de relance aveugle, non dirigé vers la sauvegarde des banques, ni  vers les secteurs d’avenir, et non financé, qui  pourrait se terminer ,  dans  deux mois ou dans deux ans , par des faillites,  une hyperinflation,  et  un formidable plan d’austérité.

     Tout se passe comme si les alcooliques anonymes, tout heureux de leurs  bonnes résolutions, avaient décidé, au sortir de leur réunion,  de prendre un dernier verre.  Pour la route.

     

    Voila  pourquoi le rebond  a eut lieu…..

    Les banques française avait déjà utilisé les nouvelles règles de comptabilisation pour faire apparaitre des gain pour 2008.

    A suivre et a bien regarder car nous pourrions entrer dans une phase de rebond avant un nouvel krach, un remake de 2003-2007 et après de nouveau……dans cette situation la macroéconomie aura peut d’influence.

    Extras :

    - Réédition du livre de Compte-Sponville (Philosophe )  « le capitalisme est il moral » parut en 2004. Il y montre que bien entendu cette question est mal posée, il ne peut être qu’Amoral, et que donc les dérives ne peuvent être contrôlés ( enlevés, etc…) que par la loi, et en aucun pas par une autorégulation.

    - Danny-Robert Dufour (Philosophe ) dans «  le divin marché », analyse notre nouvelle religion « celle du marché ». On pouvait à un moment penser que la cirse remettrait en cause ce paradigme (j’étais de ceux la), mais le G20 prouve le contraire. Une phrase ……mais qui en dit long.

    «  …Nous avons ratés la mise en place d’une société des égaux, il ne nous reste plus qu’a patauger dans une société des ego ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :