• Goldman Sachs poursuivi pour fraude, les Bourses plongent

    Goldman Sachs poursuivi pour fraude, les Bourses plongent

    [ 16/04/10  - 18H09   - actualisé à 18:29:00  ]

    Les marchés d'actions ont décroché après l'annonce de poursuites du gendarme de la Bourse américaine contre Goldman Sachs pour fraude liée aux "subprime".        

    Le siège de Goldman Sachs à New York - AFP

    Les marchés d'actions ont brusquement décroché vendredi en fin de séance après que la Securities and Exchange Commission (SEC) a annoncé avoir engagé une procédure pour fraude à l'encontre de Goldman Sachs. En cause : son rôle dans la structuration de CDO ("collateralized debt obligations") liés à des prêts immobiliers à risque "subprime", ces crédits immobiliers à risque à l'origine de la crise financière.

    Le gendarme de la Bourse américaine accuse la banque et l'un de ses vice-présidents, Fabrice Tourre, d'avoir trompé les investisseurs en dissimulant des faits capitaux sur le produit financier concerné alors que le marché immobilier américain commençait à se dégrader.

    Selon le SEC, Goldman Sachs aurait notamment caché le fait qu'un de ses importants clients, le fonds d'investissement Paulson, avait poussé à la création de ce produit financier au moment même où ce fonds prenait des positions pariant sur la chute du marché immobilier.

    "Goldman, à tort, a permis à un client qui jouait contre le marché hypothécaire d'influencer lourdement quels titres immobiliers devaient être inclus dans un véhicule d'investissement, alors qu'au même moment elle disait à d'autres investisseurs que ces titres étaient choisis par un tiers indépendant et objectif", a accusé un responsable de la SEC, Robert Khuzami, cité dans un communiqué.

    La plainte de la SEC désigne Fabrice Tourre, un vice-président de la banque d'affaires new-yorkaise, comme principal responsable de cette manoeuvre, qui remonte à avril 2007.

    Le fonds Paulson avait rémunéré Goldman Sachs environ 15 millions de dollars pour la création de ce produit d'investissement, selon la SEC. Les investisseurs, eux, auraient perdu au total plus d'un milliard de dollars dans l'aventure.

    La banque américaine a rapidement réagi. Dans un communiqué, elle a assuré que "les accusations de la SEC sont complètement infondées d'après la loi et les faits". "Nous allons les contester vigoureusement et défendre la firme et sa réputation", a-t-elle déclaré.

    A la Bourse de Paris, le CAC 40, qui évoluait autour de l'équilibre avant l'annonce de la plainte, a clôturé en forte baisse de 1,94 %, sous le seuil des 4.000 points. L'indice Dax a perdu 1,76 % et le Footsie à Londres 1,39 %.

    L'action Goldman Sachs a plongé jusqu'à 15 % après cette annonce à Wall Street, entraînant dans son sillage de nombreuses valeurs financières.

    La banque d'affaires américaine est accusée de fraude par le gendarme de la Bourse américaine pour avoir trompé des investisseurs lors de la commercialisation d'un produit complexe.

    C'est la série noire pour Goldman Sachs. Au lendemain des informations du Wall Street Journal sur l'implication d'un de ses administrateurs dans le dossier des délits d'initié du "hedge fund" Galleon, la banque que le monde entier aime haïr a été accusée de fraude ce vendredi par le régulateur boursier, la Securities and Exchange Commission.

    La SEC affirme que Goldman a structuré et vendu un produit de dette structuré ("collateralized debt obligation", CDO) synthétique, lié à la performance de titres adossés à des prêts d'immobilier résidentiel (RMBS,) qui a fait perdre plus d'un milliard de dollars à des investisseurs.

    Vente à découvert

    Elle reproche à la banque de ne pas avoir communiqué aux investisseurs des "informations vitales" sur ce CDO, dénommé Abacus. Parmi ces informations dissimulées par Goldman Sachs figurait le fait qu'un important gestionnaire de "hedge funds", Paulson & Co, contrôlait le choix des titres inclus dans le portefeuille du CDO, et qu'il avait lui-même pris une position de vente à découvert sur le CDO, misant ainsi sur la baisse de sa valeur.

    Selon la plainte de la SEC, Paulson & Co a versé 15 millions de dollars à Goldman Sachs pour concevoir la structure du CDO, clos le 26 avril 2007. Un peu plus de neuf mois plus tard, 99% des titres qui constituaient le portefeuille avaient subi un abaissement de leur note de crédit, précise la SEC.

    "Accusations infondées"

    L'autorité des marchés financiers américains ajoute que Fabrice Tourre, vice-président de Goldman Sachs, est le principal responsable de la création d'Abacus. Ce Français diplômé de l'Ecole Centrale est accusé personnellement de fraude.

    "Les accusations de la SEC sont complètement infondées d'après la loi et les faits et nous allons les contester vigoureusement et défendre la firme et sa réputation", a très vite déclaré la banque d'affaires américaine dans un communiqué. A la Bourse de New York, l'action Goldman Sachs cédait jusqu'à 15,5 % en fin de matinée. En Europe, le Stoxx européen du secteur a fini la séance en repli de 2,8%.

    "La nouvelle crée de l'incertitude sur le marché dans la mesure où il est probable que d'autres grandes banques soient impliquées ou visées par les investigations. De plus, nous ne savons pas quelles seront les conséquences de cette accusation pour la banque", a commenté Joshua Raymond, stratège marché de City Index à Londres.

    B.J., avec AFP


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :