• Jacques Attali: le déficit doit être détruit avant qu'il nous détruise

    Jacques Attali: le déficit doit être détruit avant qu'il nous détruise

    Le déficit est devenu une folie suicidaire qui entraînera, si on ne réagit pas vite, le pays dans un déclin dont il ne se relèvera pas.
    Il fut un temps lointain, il y a plus de 21 siècles, où un homme politique romain, Caton dit «l'Ancien», terminait tous ces discours devant le Sénat de la ville par une phrase restée dans la mémoire collective comme le symbole de l'obsession en politique: «Carthago delenda est» («Carthage doit être anéantie»). Et comme, dans l'action publique, pour être efficace, il faut toujours répéter les choses un nombre incalculable de fois, il finit par obtenir gain de cause. Carthage, la grande et unique rivale de Rome, la ville-état phénicienne, au bord de la Méditerranée, sur l'emplacement d'un quartier de l'actuel Tunis, la ville dont la reine Didon assura la gloire, finit par être incendiée, détruite, rasée; les  rares survivants furent vendus comme esclaves et son emplacement fut recouvert de sel.

    Cette répétition constante d'une idée fixe, d'une ambition nécessaire, mériterait d'etre aujourd'hui reprise à propos du déficit budgétaire: «le déficit doit être anéanti». Il faut le répéter sans cesse, à toute occasion, parce que nul ne l'entend et nul ne comprend que ce déficit est devenu, depuis 1993, une folie suicidaire, dont les responsables sont à gauche comme à droite, et qui entrainera un jour, si on ne réagit pas vite, le pays dans un déclin dont il ne se relèvera plus. Il faut détruire le déficit avant qu'il ne nous détruise, comme il fallait détruire Carthage avant que Carthage ne détruise Rome.

    Aujourd'hui, personne ne semble prendre au sérieux cette menace. Que l'annonce d'un déficit prévisible de plus de 8% en 2009 comme en 2010 n'ait pas déclenché de scandale est hallucinant. Qu'on annonce, sans que nul ne le relève, que la Sécurité Sociale est insolvable et que, pour lui permettre d'emprunter encore, on va transférer sa dette sur une caisse d'amortissement, sans donner à cette caisse un seul sou pour faire fasse à ses échéances, est encore plus hallucinant.

    Le pays ne veut pas voir qu'il va dans le mur, pour le seul bénéfice d'hommes politiques incapables de faire des économies budgétaires, ou d'augmenter les recettes, et  pour qui l'invention de nouvelles dépenses reste l'occupation favorite. Et les citoyens d'aujourd'hui sont assez lâches pour tolérer qu'on reporte ainsi sur les générations suivantes le poids des efforts qu'ils refusent de faire pour conserver leur bien etre.

    Pourtant, les choses sont claires: Aujourd'hui, le déficit budgétaire atteint prés de 9% du PIB (Produit intérieur brut) soit 30% du budget. Imagine-t-on cela? Près du tiers du budget est  consacré à payer des dépenses du passé par des recettes de l'avenir! Aucun ménage, aucune entreprise, ne survirait dans ces conditions. Bientôt, notre dette  publique dépassera le montant de la richesse nationale annuelle. Et bien plus encore même, si on compte nos obligations de santé, de retraite, et de dépendance.

    Jusque maintenant, la baisse des taux d'intérêt mondiaux a permis de le cacher en stabilisant le service de la dette autour de 2,5% du PIB. Mais cela n'est qu'une illusion: quand ces taux remonteront (car, évidemment, ils remonteront un jour, à moins d'enlever aux Banques centrales leur unique moyen d'action sur l'inflation et les taux de change), le piège du service de la dette se refermera sur la France comme la corde autour du cou d'un pendu: un point de hausse des taux d'intérêt, ce sera plus de 10 milliards de service de la dette. Si les taux remontent seulement à 4%, ce qui est tout à fait possible,  il faudra consacrer 57 milliards, soit 3% du PIB ou 16% du budget, à servir  la dette. Et comme on n'en aura pas les moyens, faute de recettes fiscales, cette dépense nouvelle s'ajoutera au déficit, qui atteindra alors la moitié du budget, comme c'est déjà le cas dans certains autres pays.

    On maudira alors la classe politique, qui, pour ne pas prendre le risque d'etre provisoirement impopulaire, aura reculé devant les réformes difficiles, et en particulier devant les inévitables hausses d'impôts; on maudira les plus anciens; et, pour finir,  on renversera du sel sur le tombeau de notre grandeur.

    Jacques Attali


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :