• "L'entreprise financière ne s'occupe ni de moralité, ni de philanthropie"

    Paul Jorion : "L'entreprise financière ne s'occupe ni de moralité, ni de philanthropie"

    L'anthropologue et sociologue Paul Jorion rappelle qu'encore récemment, la théorie orthodoxe économique considérait que les bulles financières n'existaient pas. Après avoir travaillé des années dans le milieu bancaire américain, ce spécialiste de la formation des prix est l'un des rares à avoir annoncé la crise des "subprimes". Il prône l'interdiction de certains produits dérivés, à commencer par la fonction spéculative des CDS.   

    Les Echos : A quoi attribue-t-on aujourd'hui l'émergence et le développement des bulles financières ?

    Paul Jorion : Jusqu'à très récemment, la théorie orthodoxe économique considérait que les bulles n'existaient pas. Et des études, même assez récentes - avant le début de la crise - continuaient à essayer de le prouver. L'idée, c'est qu'il n'était pas possible de distinguer un prix spéculatif d'un prix fondamental (c'est-à-dire fondé sur l'addition des différents éléments constituant le prix). Seuls certains keynésiens avaient développé d'autres théories, en particulier la théorie des bulles de l'économiste américain Hyman Minsky dans les années 1980. Quand la crise a éclaté, il est devenu impossible de dire que les bulles n'existaient pas, puisque la bulle était en train de se dégonfler devant tout le monde... Les théories de Hyman Minsky ont alors été remises au goût du jour. Chez lui, toute économie est dans un processus de création de bulle ou d'éclatement de bulle, en raison même de certains défauts du système capitaliste.

    Croyez-vous que la nature humaine est à l'origine de la crise, comme l'a estimé l'ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan ?

    C'est une autre erreur de la science économique, liée à un a priori appelé "individualisme méthodologique", de penser que rien ne se passe au niveau économique dont on ne puisse rendre compte simplement en additionnant les comportements individuels. Or, dans cette crise, les acteurs individuels, en suivant simplement leur propre intérêt, n'avaient pas la possibilité d'agir à un niveau global. J'ai travaillé chez Countrewide, l'une de ces entreprises au centre de la tourmente, qui a fini par disparaître. Lorsque les dirigeants - que je n'essaie pas d'exonérer car ils ont eu une attitude égocentrique et égoïste - se sont aperçus que l'entreprise périclitait, ils ont progressivement retiré leurs investissements. Ils n'ont pas essayé d'agir au niveau global. Ceci dit, ils n'en avaient pas la possibilité. Il fallait une concertation à un niveau plus élevé. C'est au niveau du gouvernement, et du Congrès ou du Sénat, et non au niveau individuel des dirigeants, qu'on aurait pu agir. Or, l'illusion d'Alan Greenspan et des économistes a été de croire que l'individu aurait pu faire quelque chose, le niveau global n'existant pas pour eux.

    Goldman Sachs est soupçonné d'avoir aidé la Grèce à maquiller ses comptes. Quel est, selon vous, le rôle joué par les grandes banques mondiales dans la dérive de certains Etats ?

    Goldman Sachs a effectivement proposé un arrangement à la Grèce ; les prospectus à valeur légale de ces opérations sont accessibles sur internet. Mais la responsabilité de la banque n'est pas là. En fait, par une action de lobby, l'industrie financière a permis que ce type d'opérations soit autorisé par la Communauté européenne. Ainsi, il peut uniquement être reproché à Goldman Sachs d'avoir mis de l'argent dans le groupe de pression pour influencer les politiques. Il s'agit d'une entreprise financière, elle ne s'occupe pas de moralité. Elle n'est pas non plus dans la philanthropie. Elle décide au jour le jour des opérations rentables : aider la Grèce en 2002 est rentable, et parier sur la chute de la Grèce en 2010 l'est également. La finance ne fait pas de sentiment, mais du profit pour ses dirigeants, ses actionnaires et pour ses traders qui touchent des commissions. Cependant, en période de crise, ce que j'appelle l'extraterritorialité morale de la finance devient beaucoup plus visible car elle fait la une des journaux. Dans les périodes d'euphorie, l'absence de moralité apparaît en page 19 et l'on n'en parle pas.

    Comment analysez-vous le non à plus de 93% des Islandais au remboursement de la dette de la banque Icesave à la Grande-Bretagne et aux Pays-Bas ?

    Il y a un vrai contraste entre la Grèce et l'Islande. La rébellion a lieu dans ces deux pays face à la question de la dette publique, mais la responsabilité de chacun est très différente. La Grèce a été incapable de mettre en place un système fiscal "étanche", elle a peut-être falsifié ses chiffres, elle semble avoir été "fantaisiste" dans l'allocation de certains privilèges. Elle apparaît donc condamnable. En Islande, la population a la taille d'un département français. Or, dans ce tout petit pays, les banques se sont spécialisées dans la spéculation financière, prenant des risques extraordinaires. Le seul lien entre les Islandais et une responsabilité quelconque dans cette affaire est d'avoir élu des parlementaires qui ont laissé faire. Mais leur responsabilité individuelle vis-à-vis des sommes perdues paraît très minime. D'un point de vue éthique, leur réaction paraît tout à fait logique, ils ne s'estiment pas concernés. Les citoyens ordinaires d'un pays n'ont pas nécessairement une responsabilité par rapport à la gestion de risque des entreprises existant sur leur territoire. Ce sont les politiques qui choisissent d'autoriser ou non ce type de pratiques.

    La création d'un Fonds monétaire européen permettrait-elle de neutraliser les spéculations sur un éventuel défaut de paiement d'un pays de la zone euro ?

    Cette idée date de quelques jours. C'est, selon moi, une réaction un peu infantile à la proposition du directeur général du FMI d'intervenir si l'Europe ne parvenait pas à se mettre d'accord concernant une aide à la Grèce. Dominique Strauss-Kahn s'est posé en sage au-dessus de la mêlée. Je ne crois pas que cela va se faire, car je pense qu'il s'agit d'une réaction réflexe. Il en est de même pour l'idée de créer une agence de notation européenne. Nous n'avons pas besoin d'instances supplémentaires.

    Il faudrait que les pays européens se mettent à réfléchir sur cet engagement pris avec le Traité de Lisbonne, difficilement adopté. Il ne suffit pas de l'avoir signé en forçant la main des peuples concernés, il faut maintenant faire fonctionner cette institution, notamment la solidarité européenne inscrite, même de manière hypocrite dans le Traité (on ne viendra pas en aide aux Etats sur le plan financier, mais on les aidera en période de crise exceptionnelle). La solution doit se trouver au niveau de la politique intérieure de l'Allemagne, qui est en effet le pays le plus riche de la zone euro. Mais c'est très difficile dans un gouvernement de coalition tel que celui d'Angela Merkel. Je rappelle toutefois que l'Allemagne a bénéficié de la solidarité européenne au moment de sa réunification.

    La régulation des produits dérivés, souhaitée notamment par l'Allemagne et la France, peut-elle vraiment limiter la spéculation contre les Etats ?

    Je suis très content. Je suis parmi les deux ou trois personnes à avoir lancé cette idée. J'ai proposé depuis longtemps ce que j'appelle l'interdiction des paris sur les fluctuations de prix. Dans ce cas particulier, des positions nues sur les CDS ("credit default swaps"). C'est une excellente chose d'utiliser un instrument financier comme le CDS pour permettre de réduire le risque, de le distribuer de manière à ce qu'il soit plus facile à gérer globalement. C'en est une autre de laisser quelqu'un qui n'est pas exposé à un risque en créer de toute pièce, artificiellement, en s'assurant contre un risque auquel il n'est pas exposé - donc un pur pari. Ces personnes auront un poids sur la détermination du prix du swap - si la demande augmente, le prix va augmenter. Cette hausse du prix va être interprétée par les marchés comme étant une analyse objective du risque de ces pays et, par conséquent, va les pousser à la chute. Je n'ai jamais réclamé la suppression des CDS, je recommande de les interdire dans leur fonction spéculative. Pour utiliser une image : interdire que l'on puisse prendre une assurance automobile sur la voiture du voisin. Si vous assurez la voiture du voisin, il y a un conflit d'intérêt : vous avez intérêt à ce qu'il ait un accident.

    Finalement, comprend-on mieux le comportement des marchés aujourd'hui qu'en 1929 ?

    En 1929, on comprenait bien les sources de la crise. Celle-ci a été très bien interprétée à l'époque. Si vous lisez le discours de Roosevelt en 1933, l'analyse de la crise y est excellente. Dans les années 1940, la compréhension de cette crise restait bonne, mais dans les années 1960 et 1970, on s'est mis à réinterpréter la crise en introduisant des interprétations monétaristes, essentiellement destinées à faire disparaître les facteurs politiques qui jouaient (la mauvaise répartition du patrimoine dans la société, notamment). Des auteurs comme Milton Friedman, Ben Bernanke... ont produit des analyses purement monétaristes de la crise, qui sont devenues les interprétations dominantes dans les années 2000. Donc, quand une crise identique à celle de 1929 est réapparue, le discours plus ou moins idéologique qui prévalait a expliqué la nouvelle crise en termes de masse monétaire, et non selon les mécanismes bien compris de la Grande Dépression. C'est un processus d'effacement délibéré.

    PROPOS RECUEILLIS PAR MURYEL JACQUE, Les Echos

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :