• La cavalerie permanente

    La cavalerie permanente  

    La chronique de   Jean-Marc Vittori

    Ne cherchez plus le fil rouge qui va de la banque Lehman Brothers à l’Etat grec : c’est la cavalerie. Pas celle de Lucky Luke, qui arrive toujours en retard, mais celle de la finance. Faire de la cavalerie, c’est emprunter pour rembourser, combler un découvert en créant un autre découvert dans un autre compte, tricher sur les dates de valeur. Une technique opaque, au dénouement souvent fatal, assimilée en France à de l’escroquerie. Mais dans une finance où l’argent circulait à flots, c’était devenu une pratique courante.Cela fait longtemps que les banquiers ne prêtent plus l’argent collecté auprès de leurs déposants. Le plus souvent, ils offrent aujourd’hui des fonds qu’ils ont eux-mêmes empruntés. Et ils passent leur temps à jouer avec les échéances pour ne pas se trouver à court d’argent. Même la Caisse d’Epargne, qui a longtemps incarné la quiétude aux yeux des Français, a parfois eu du mal à joindre les deux bouts. Cette logique a été gravée dans le marbre par Chuck Prince, l’ancien patron de la banque américaine Citigroup, en juillet 2007, juste avant la première éruption bancaire : « Quand la musique va s’arrêter, en termes de liquidités, les choses seront compliquées. Mais aussi longtemps que la musique joue, vous devez resterdebout et danser. Nous dansonsencore. » Sauf que parfois, la musique s’arrête. Plus personne ne veut prêter. En jargon technique, on dit que« le marché interbancaire se tend ». Jusqu’à provoquer la chute de la banque Lehman brothers, le 15 septembre 2008.Les Etats sont aussi devenus des champions de cavalerie. Sur la bonne cinquantaine de milliards d’euros que la Grèce doit lever cette année, plus de la moitié servira à éponger les dettes venant à échéance. La France, elle, prévoit d’emprunter 239 milliards d’euros en 2010 non seulement pour financer un déficit abyssal de 152 milliards mais aussi pour rembourser 87 milliards. De 1997 jusqu’à l’explosion de son déficit en 2009, l’Etat a levé davantage de capitaux pour s’acquitter de ses engagements auprès de ses créanciers que pour financer son impasse budgétaire. Tout ça ne pose aucun problème tant qu’il y a de la musique. Mais si un jour le silence s’installe, si le marché bloque, c’est le défaut de paiement immédiat. Une catastrophe, car les prêteurs disparaissent pour longtemps.Les entreprises sont plus prudentes, même si des étymologistes soutiennent que ce sont les pratiques douteuses de « chevaliers d’industrie » qui auraient amené à parler de « cavalerie ». Elles avaient certes pris l’habitude de jongler avec leur trésorerie, plaçant et empruntant des milliards pour quelques jours. Mais dès le 16 septembre 2008, elles ont stoppé net cette haute voltige, lançant la plus formidable course au cash de l’histoire. Elles ont sabré leurs dépenses (investissements ou publicité, hélas pour les médias), retardé leurs paiements à l’Urssaf, anéanti leurs stocks. Ce faisant, elles ont déclenché la chute la plus brutale de l’activité jamais observée.En état de cavalerie permanente, banquiers et Etats ont perpétuel- lement besoin d’emprunter pour rembourser. Comme si leur sang dépendait de la bonne volonté des donneurs. Si la musique s’arrête, la circulation sanguine de l’économie risque d’être bloquée. Le FMI peut certes agir auprès des Etats « mais ses ressources sont aujourd’hui limitées », avouait son directeur général, Dominique Strauss-Kahn, il y a quelques mois. Et si les banques centrales peuvent venir au secours des banques (elles l’ont beaucoup fait depuis trois ans), voire des Etats, ce n’est pas dans leur code génétique. « Le défaut est pour moihors de question », expliquait encore le patron de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, jeudi dernier pour écarter cette perspective.Dimanche, la BCE s’engageait pourtant à acheter en cas de problème des obligations publiques, tandis que l’Europe accouchait d’un plan de sauvetage à 750 milliards d’euros pour éviter l’asphyxie des Etats. C’est encore plus que les 700 milliards de dollars du plan Paulson forgé en 2008 pour oxygéner les banques. Dans le monde de la cavalerie permanente, il faut absolument un prêteur de dernier ressort. Avec des moyens colossaux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :