• La Cnuced veut une régulation harmonisée du trading sur matières premières

    La Cnuced veut une régulation harmonisée du trading sur matières premières

    Par Tân Le Quang

    La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement souligne dans son rapport le caractère inapproprié de la réglementation actuelle

     

    La financiarisation du trading de matières premières semble avoir accru les mouvements de prix non liés aux fondamentaux. C’est ce qui ressort du rapport 2009 de la Cnuced, (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement). Selon l'institution, ce phénomène a réduit l’efficience de l’information provenant de cette industrie et accru le risque de bulles spéculatives.


    Les chiffres sont d'ailleurs impressionnants. Le montant notionnel des produits dérivés de gré à gré sur matières premières a touché les 13.000 milliards de dollars à la mi-2008, contre environ 1.000 milliards en 2004, et les positions longues nettes des traders sur indices ont, elles, doublé. Mais depuis 2006, les prix sur les marchés comptant et futures ont cessé de converger, exacerbant l'incertitude sur le coût de couverture. Ce qui pourrait devenir à terme pénalisant pour les utilisateurs commerciaux.
    Du coup, la reconstruction début 2009 des positions spéculatives des traders sur indices et des gérants monétaires rend, selon la Cnuced, indispensable le renforcement des pouvoirs des autorités qui semblent limités.


    Suite à la montée en puissance des traders et la complexité de leurs activités, le rapport sur leurs engagements publiés par la CFTC, le gendarme sectoriel américain, « peut faillir à représenter entièrement l’activité du marché des futures ». Alors que les utilisateurs de futures, figurant en catégorie « non commerciale », sont soumis à des limites sur positions spéculatives, la Cnuced note que de nombreux traders dela catégorie « commerciale », qui est exempte de limites, « sont en réalité des opérateurs de swaps, comme les traders sur indice, qui n’ont aucun intérêt sur les matières physiques ». De même, les swaps conclus sur les marchés de gré à gré sortent du champ de supervision de la CFTC. La place ICE Futures Europe, sur laquelle sont traités les contrats du baril de brut similaires à ceux échangés sur le Nymex, est par exemple régulée par la FSA.
    Au vu du caractère mondial du trading de futures, la Cnuced appelle à une collaboration internationale entre régulateurs en matière de partage et publication de l’information, ainsi qu'une meilleure harmonisation de la supervision du trading. Cela nécessite que les marchés basés à Londres fournissent des données, sur les positions, similaires à celles publiées par la CFTC

     

    Mais Pourquoi ne font-ils rien ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :