• La fin de l’âge d’or pour les bâtisseurs britanniques

    La fin de l’âge d’or pour les bâtisseurs britanniques

    Vanessa Thorpe, The Observer (extraits), Londres | The Observer

     

    L’architecture britannique va entrer dans une longue période de stagnation qui laissera des cicatrices dans le paysage comme dans l’économie du pays, prédit l’architecte écossais Rab Bennetts. “Je suis pessimiste quant aux conséquences des coupes budgétaires annoncées, explique-t-il. A mon avis, le gouvernement a sous-estimé leur impact sur l’économie.” Le nouveau Royal Shakespeare Theatre de Stratford-upon-Avon, dont il a dessiné les plans et qui devrait ouvrir ses portes à l’automne, risque d’être le dernier grand programme soutenu par la Loterie nationale. [Près d’un tiers des recettes de cet organisme, qui est géré par une entreprise privée, est versé à l’Etat pour financer des projets dans la culture, le patrimoine, la santé, etc. Cette contribution est souvent complétée par du mécénat privé.]

    “Les financements octroyés par la Loterie aux chantiers de cette envergure se tarissent, parce que le privé n’est plus en mesure d’apporter les fonds complémentaires, précise-t-il. Même l’agrandissement de la Tate Modern [le musée national d’Art contemporain inauguré à Londres en 2000] est remis en question.” Si, pour la profession, le plus dur sera l’annulation des crédits destinés à la rénovation de 715 écoles, le gel des nouveaux centres culturels et autres espaces publics mettra un frein brutal à la modernisation du royaume.

    Après les réalisations spectaculaires qui ont redessiné le paysage urbain sous les travaillistes, comme London Eye [la plus grande roue d’Europe, construite en 1999 à Londres], la Tate Modern et la réhabilitation de Gateshead [cette ville, près de Newcastle-upon-Tyne, dans le nord de l’Angleterre, est devenue un centre d’intérêt architectural], les professionnels redoutent de subir le contrecoup des nombreuses faillites qui vont se produire dans le secteur du BTP.“Lors de la dernière profonde récession, le BTP a licencié 500 000 personnes. C’est la deuxième activité du pays, aussi risque-t-elle d’entraîner dans sa chute l’économie tout entière.”

    “Certains édifices érigés ces dix dernières années n’étaient pas indispensables et ne constituaient que des monuments à la gloire de leurs créateurs, ajoute Rab Bennetts. Mais, même si des excès ont été commis, cette période restera dans les annales comme un âge d’or.”
    La métamorphose tant espérée de Piece Hall à Halifax, dans le Yorkshire, risque elle aussi de faire les frais de la rigueur. [Cet ancien marché de tissu, qui abrite aujourd’hui de nombreux commerces, devait être entièrement rénové. Le projet, financé par la Loterie nationale, est estimé à 19 millions d’euros.] Faute d’argent, la transformation de ce vénérable bâtiment du xviiie siècle en une piazza de style continental sera sans doute revue à la baisse.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :