• La naissance des cités durables

    La naissance des cités durables

    Des cités entièrement écologiques sont en train de voir le jour. Et pas forcément dans des pays parangons de l'écocitoyenneté. C'est en Chine, connue pour ses taux de pollution, et à Abou Dhabi, l'un des plus gros producteurs de pétrole et émetteur de CO2 de la planète, que vont surgir de terre ces villes du futur 100 % propres. Un paradoxe, quand on sait que, à Abou Dhabi, par exemple, malgré le taux d'ensoleillement record, aujourd'hui seuls les parcmètres sont alimentés par l'énergie solaire ! Et que, en Chine, on prévoit pour 2030 pas moins de 80.000 kilomètres d'autoroutes supplémentaires, et 1 milliard de voitures ! Il n'est finalement pas si étonnant que ce soient des pays émergents qui se lancent dans l'aventure d'une urbanisation du troisième type, respectueuse de l'environnement, en lieu et place des grandes puissances, dont le modèle économique s'essouffle. « il ne s'agit pas de mode mais de survie » Pourtant, les technologies existent, les études nécessaires à la conception d'un nouvel urbanisme ont été réalisées, exception faite du lancement de quelques quartiers d'habitats écologiques, rien de grande envergure n'a été réellement entrepris en Europe. Le groupe EnBW, premier opérateur du marché de l'énergie allemand, a créé depuis plusieurs années, sous l'impulsion de la chancellerie, une cellule de recherche et développement sur les énergies de demain. Ce groupe a mis au point un concept « d'énergie intelligente », capable de réduire de 40 % les rejets de CO2 des futures grandes villes conçues sur son modèle baptisé Eny City , et ce, partout dans le monde, quelles que soient les conditions géographiques. Plusieurs projets d'Eny City sont en cours, notamment à Sanya, sur la côte chinoise. « Il ne s'agit pas de mode mais de survie. » Ainsi, parlait l'architecte Norman Foster en dévoilant les plans de Masdar (la source) au World Futur Energy Summit, le 21 janvier dernier, à Abou Dhabi. La ville nouvelle, conçue par Foster and Partners, accueillera 50.000 habitants et 1.500 commerces, en plein désert. Totalement écologique, Masdar  fonctionnera avec un niveau zéro d'émission de gaz carbonique. L'électricité sera fournie par des panneaux photovoltaïques, les installations de dessalement des eaux fonctionneront à l'énergie solaire et les systèmes d'irrigation utiliseront les eaux usées, après traitement pour faire pousser fruits et légumes. Les déchets seront entièrement recyclés. Pas une voiture dans les 6,5 kilomètres carrés de Masdar . Les transports seront assurés par des tramways automatiques, avec arrêt tous les 200 mètres. Quant aux plans, ils s'inspirent des villes traditionnelles yéménites, denses, aux rues étroites. Les maisons basses seront protégées de l'air chaud du désert par un mur d'enceinte. des concepts préconisés en france En Chine, le modèle dévoreur de CO2 des grandes mégalopoles, comme Chongqing, bat de l'aile. Le gouvernement de Shanghai a ainsi conclu un contrat juteux avec l'entreprise de conseil en ingénierie Arup, pour bâtir une ecopolis , Dongtan, sur 86 km2 d'anciens marais, dans l'île de Chongming. Dongtan va bénéficier des technologies les plus modernes en matière d'énergies renouvelables : éoliennes, déchets organiques, énergie solaire ou piles à combustible, pour les transports en commun. Les vélos et les scooters électriques remplaceront les voitures. Les lacs et les canaux seront utilisés par des taxis fluviaux fonctionnant à l'énergie solaire. Les constructions aux toits végétalisés, naturellement ventilées, ne dépasseront pas huit étages, leur isolation sera renforcée et leur exposition calculée. À terme, la ville de Dongtan devrait abriter 500.000 habitants. Si l'expérience est concluante, le gouvernement chinois devrait initier d'autres projets du même type dans les années à venir. C'est ce même concept qu'a repris en France la commission Attali, qui préconise la création de 10 écovilles françaises de 50.000 habitants, d'ici à 2012, qui intégreraient technologies vertes et technologies de communication. Mais là, comme ailleurs, la décision relève du politique.

    Caroline de Hugo

    Pour en savoir plus : www.masdaruae.com - www.enbw.com www.arup.com/eastasia/project.cfm?pageid=7047


     

    Masdar City , vitrine verte d'Abu Dhabi
    Le développement durable


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :