• Le Crédit Agricole rattrapé par l’affaire « Amaranth »

    « hedge funds »

    Le Crédit Agricole rattrapé par l’affaire   

    L’AMF a prononcé un avertissement et une sanction pécuniaire à l’encontre de Crédit Agricole AM alternative Investments.  Il lui est reproché notamment sa gestion lors de la débâcle du « hedge fund » Amaranth dans lequel il était investi.

    Le  Crédit Agricole  est rattrapé par l’affaire « Amaranth », du nom de ce « hedge fund » doté de 9 milliards de dollars d’actifs qui connut de grandes difficultés en 2006 pour cause de paris hasardeux sur le marché du gaz naturel. Il perdit en effet les deux tiers de sa valeur. Un coup dur pour les investisseurs comme les fonds de fonds (qui gèrent des portefeuilles composés de plusieurs hedge funds). Mais ces derniers n’ont pas été toujours exemplaires dans la gestion de cet accident.Ainsi, l’Autorité des marchés financiers (AMF) reproche un certain nombre de griefs à Crédit Agricole AM Alternative Investments (aujourd’hui Amundi Alternative Investments), une société de multigestion alternative qui avait investi dans Amaranth. Cette société aurait, selon l’AMF, exercé son activité« dans des conditions et selon des modalités qui ne correspondraient pas à celles qu’elle avait présentées dans ses programmes d’activité ». 

    « Négligences »

    En outre, le régulateur pointe des« négligences »dans les processus de suivi, contrôle (risques) et« due diligence »du hedge fund incriminé. En conséquence, après avoir mené une mission de contrôle entre avril et octobre 2007, l’AMF a prononcé un avertissement et une sanction pécuniaire de 300.000 euros à l’encontre de Crédit Agricole AM Alternative Investments. Des décisions qui peuvent toujours faire l’objet d’un recours.Le groupe Crédit Agricole était loin d’être le seul à avoir investi chez Amaranth. En France, Allianz Alternative Asset Management, pourtant un des pionniers de la gestion alternative, fut dans la même situation, pour des montants limités. Près de 80 fonds de fonds de toutes nationalités furent affectés, révèle une étude internationale (1).  Ils ont perdu en moyenne chacun près de 20 millions de dollars dans cette débâcle, qui a éradiqué plusieurs années de rendement patiemment accumulé. La moitié des fonds de fonds pénalisés est ainsi revenue deux ans en arrière en termes de performance.

    N.A.-K.

    (1) «Who invested in Amaranth ?», George Martin, The Journal of Alternative Investments (printemps 2007).

    L’AMF a prononcé une sanction pécuniaire de 300.000 euros à l’encontre de Crédit Agricola AM Alternative Investments.Pascal SITTLER/REA

     

    Leçon de crise du Crédit agricole, une des banques française qui a le plus perdu pendant la crise, impliquée dans les affaires de Goldman Sachs à travers une filiale, en Grèce avec Emporiki, etc….Il y aurait à redire.  D’ailleurs des livres existent.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :