• Le FMI décuple ses fonds de crise

    Le FMI décuple ses fonds de crise

    Les « Nouveaux Accords d'emprunt » dont dispose l'institution pour secourir les pays en difficulté en cas de crise financière atteignent désormais 550 milliards de dollars.

     

    Les principaux pays de la planète (G20) s'y étaient engagés lors de leur rencontre du 2 avril 2009 à Londres, la capacité de prêt du Fonds monétaire international (Fmi ) est en voie d'être très étoffée. Ses fonds de crise, l'une de ses principales ressources, viennent d'être décuplés à 550 milliards de dollars, ce qui rapproche sa capacité totale de prêt de l'objectif de 750 milliards de dollars promis par le G20. Le maelström traversé par l'économie mondiale en 2008 et 2009 avait mis en évidence la nécessité de doter l'institution de Bretton Woods de moyens accrus pour intervenir auprès des pays en difficulté et rassurer les marchés sur l'existence de garde-fous face aux secousses financières. Les « Nouveaux accords d'emprunt », nom donné aux fonds activables en cas de crise, apporteront « une contribution importante à la stabilité financière », a commenté Dominique Strauss-Kahn, directeur général du Fmi . Ces derniers mois, le nombre de pays aidés s'est accru et les montants dont ils ont besoin aussi. Au point que « les engagements du Fonds sont aujourd'hui deux fois plus importants que lors de la crise asiatique », explique-t-on au Fmi .

    Pour assurer le relèvement de ces « Nouveaux Accords d'emprunt », une quarantaine de pays ont été mis à contribution sur les 186 que compte le Fmi  . Fait notable, des économies émergentes comme la Chine ou l'Inde font leur entrée dans ce cénacle. En contrepartie, ils disposent désormais d'un droit de regard sur l'emploi des fonds et renforcent au passage leur position au sein du FMI . À présent, les ressources ordinaires que procurent au FMI les quote-parts payées par l'ensemble des états membres sont renforcées, s'est félicité Dominique Strauss-Kahn.

    Mais pour lui, le relèvement de la capacité d'emprunt n'est qu'un premier pas. Outre la contribution qu'il entend apporter à la réflexion sur la réforme de la régulation financière mondiale, il plaide aussi pour un élargissement de la gamme des crédits que le FMI  pourra mettre en oeuvre afin d' intervenir auprès des pays vulnérables de manière plus ciblée. n

    par Laurent Chemineau


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :