• Le séisme immobilier américain prêt pour une réplique en 2010

    Le séisme immobilier américain prêt pour une réplique en 2010, Jorion n'est plus le seul à le dire.

    Une remontée des taux et l'expiration de crédits d'impôt pourraient empêcher le marché résidentiel de se stabiliser.

    Les rapports privés et publics sur les perspectives de l'immobilier  aux États-Unis, publiés à la fin de la semaine dernière, sont alarmants. Le cabinet RealtyTrac, qui a pourtant constaté en janvier un recul d'environ 10 % des procédures de saisie de logements par rapport à décembre, ne cache pas son inquiétude. « Ces chiffres rappellent la configuration d'il y a un an, une croissance à deux chiffres en décembre, suivie par un repli de 10 % en janvier », note le directeur général de RealtyTrac, James Saccacio, qui anticipe un record de trois millions de procédures de saisies en 2010.

    « Si l'histoire se répète, nous observerons une montée des chiffres au cours des prochains mois, lorsque les créanciers entameront des procédures sur les prêts délictueux et que les programmes de modification des crédits hypothécaires, les ventes à perte, les abandons de propriété aux banques ou d'autres alternatives s'avéreront inefficaces », prévient le responsable. Faute de solutions durables entre créanciers et propriétaires, les expulsions opérées par les banques seront en hausse de 31 % sur un an.

    L'immobilier résidentiel a profité, fin 2009, du crédit d'impôt de 8.000 dollars accordé aux primo-accédants et de la reprise de créances immobilières par la Réserve fédérale. Mais ces deux ballons d'oxygène financés avec de l'argent public disparaîtront en avril.

    Les perspectives de l'immobilier commercial sont encore plus sombres. Présidente du comité de surveillance parlementaire du plan de soutien à la finance (Tarp), Elizabeth Warren avertit qu'un « problème sérieux se profile ». Entre 2010 et 2014, 1.400 milliards de dollars de crédits immobiliers commerciaux arriveront à maturité. Or, près de la moitié des emprunteurs se trouvent « sous l'eau », autrement dit leur dette est supérieure à la valeur de leur bien.

    Séisme

    Le comité est « profondément préoccupé par le fait que les pertes dans l'immobilier  commercial puissent menacer la stabilité de nombreuses banques [], contribuant à un affaiblissement prolongé de l'ensemble de l'économie ». Son rapport évoque la faillite de « centaines » de banques, séisme  qui pourrait affecter « la vie de presque chaque Américain ». éric Chalmet, à New York

    États-Unis

    2012 ! de paul Jorion


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :