• Lehman Brothers truquait ses comptes

    Lehman Brothers truquait ses comptes

    Un rapport de la justice américaine dévoile que la banque mentait sur son désendettement bien avant sa faillite en septembre 2008.

    Le jour de sa faillite, Lehman Brothers était en réalité morte depuis deux semaines. Un expert, mandaté par la justice américaine, a dévoilé un rapport accablant sur les manoeuvres comptables de la banque américaine plusieurs mois avant sa disparition.

    Après plus d'un an d'enquête, Anton Valukas, qui dirige le cabinet américain Jenner & Block, affirme que l'établissement utilisait un procédé qui lui permettait de minimiser la taille de son endettement. Ainsi, alors que Lehman Brothers avait assuré tout au long de l'année 2008 qu'elle réduisait la taille de son bilan, celui-ci ne baissait pas.

    Dans les faits, cette technique remontait à 2001. "La manipulation du bilan était intentionnelle et avait un impact direct sur le ratio d'endettement de Lehman", conclut le rapport de plus de 2.200 pages.

    Insolvable avant la chute

    Dans le même temps, il estime que les procédures de valorisation des actifs (au coeur des interrogations des marchés à l'époque, ndlr) "ont peut-être été incorrectes". En prenant ces données en compte, Anton Valukas affirme que Lehman Brothers était en réalité insolvable dès le 2 septembre 2008 alors qu'elle n'a déclaré sa faillite que le 15 septembre, deux semaines plus tard.

    Il juge que l'ancien patron de la banque, Richard Fuld a été "extrêmement négligeant" tout en pointant du doigt les directeurs financiers successifs, Erin Callan, Chris O'Meara et Ian Lowitt, qui "ont supervisé et certifié ces déclarations trompeuses".

    Pour autant, si le rapport dénonce ces malversations, il n'accuse par les dirigeants de Lehman Brothers d'être responsables de sa chute.

    Mises en cause

    Sur ce volet, les banques J.P.Morgan et Citigroup sont directement mises en cause dans l'effondrement de Lehman Brothers les derniers jours de son existence.

    A cette période, les deux banques américaines, qui étaient parmi les deux plus importants créanciers de Lehman Brothers, ont exigé davantage de garanties financières disponibles pour maintenir leurs prêts. Le document souligne que "ces demandes ont eu un impact direct sur les liquidités de Lehman" alors que "sa liquidité disponible était centrale dans les questions autour de sa faillite".

    J.P.Morgan avait été accusée par Richard Fuld d'avoir retiré ses liquidités de Lehman Brothers, ce qui avait accéléré sa chute. Il ressort en tout cas qu'aucune banque n'a aidé Lehman Brothers à éviter le pire.

    M.Pe. (avec agences)

    Encore la triche !!!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :