• Les banques américaines donnent un coup d’arrêt aux saisies immobilières

    Les banques américaines donnent un coup d’arrêt aux saisies immobilières  

    La machine à saisies immobilières s’est emballée, et les banques américaines sont contraintes d’y mettre le holà. Après GMAC Mortgage Co., l’ancien organisme de crédit de General Motors aujourd’hui rebaptisé Ally Bank, et JPMorgan Chase, c’était au tour de Bank of America, ce week-end, de faire une pause afin de régulariser des procédures qui ont été beaucoup trop expéditives.Leur bilan grevé par des crédits immobiliers impayés, les banques signent tous les jours des milliers de documents qui conduisent à la saisie de maisons dont les propriétaires ne paient plus les mensualités. Le problème est que ceux qui signent le document fatidique ont eu tendance ces derniers mois à le faire à la chaîne, sans regarder convenablement les dossiers. Ces employés ont déjà un surnom : « les robots signataires ». Au cours de dépositions devant un tribunal, certains ont avoué avoir signé plus de 10.000 documents par mois sans même ouvrir le dossier.« Il est venu à notre attention que, dans certains cas, des employés chargés des saisies ont signé des documents qui avaient été revus par d’autres salariés, sans les avoir examinés personnellement », a expliqué un porte-parole de JPMorgan Chase. La banque a décidé la semaine dernière de suspendre la procédure pour 56.000 dossiers en cours dans 23 Etats. Bank of America a fait de même, sans toutefois donner le nombre de crédits immobiliers concernés. Le procureur général de l’Etat du Massachusetts a de son côté officiellement ouvert une enquête sur les pratiques de la banque de Charlotte, ainsi que sur d’autres prestataires de crédit.Les banques réagissent après que le problème est venu à l’attention de juges dans plusieurs Etats qui ont refusé d’entériner les saisies si le dossier n’avait pas été proprement étudié. La révision au cas par cas n’empêchera sans doute pas les saisies, mais les propriétaires sauront que leur dossier a été revu dans les règles. Ils gagnent surtout un nouveau délai. Il faudra ainsi plusieurs mois, voire jusqu’à deux ans, pour écluser les procédures qui ont été stoppées.

    Virginie Robert
    correspondante à New York

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :