• Les théories économiques d'un libéral convaincu

    Les théories économiques d'un libéral convaincu

     

    Pur produit de l'élitisme républicain, Maurice Allais laisse un héritage majeur sur la théorie des marchés et l'utilisation optimale des ressources.

    Le grand Paul Samuelson (prix Nobel d'économie 1970) disait?: Maurice Allais est « une source inépuisable de découvertes originales et, si ses écrits avaient été publiés en anglais, la théorie économique contemporaine aurait sans doute suivi une autre voie »?!

    Maurice Allais est le seul et unique prix Nobel d'économie français à ce jour, même si, en 1983, Gérard Debreu né à Calais et ancien élève de la rue d'Ulm a aussi reçu ce prix prestigieux mais il avait pris la nationalité américaine en 1974. Déjà la fuite des cerveaux?!

    Le prix Nobel 1988 qui vient de mourir dans sa centième année est un pur produit de l'élitisme républicain français. Petit-fils d'ouvrier menuisier, fils de crémier, orphelin de père à 4 ans, Maurice Allais a fait toute sa scolarité dans le système public jusqu'à l'École polytechnique, d'où il sort major. Il poursuit ensuite sa carrière d'ingénieur d'État et après la Seconde Guerre mondiale il décide de se lancer dans l'économie, professeur à l'École des mines de Paris, et jamais, à son grand regret, à l'École polytechnique car il était considéré, disait-il, « comme trop libéral pour former les futurs cadres de l'État français?! »

    Ses recherches fondamentales portent sur la théorie des marchés et l'utilisation optimale des ressources et on peut les retrouver dans ses deux ouvrages fondamentaux?: « À la recherche d'une discipline économique » et « Économie et intérêt » qui vont inspirer des générations d'économistes comme Robert Solow (Nobel 1987) ou Edmund Phelps (Nobel 2006).

     

    Ses principaux apports en économie peuvent se regrouper autour de la théorie de l'équilibre général et l'allocation optimale des ressources, la théorie du capital et de la croissance, la théorie de la monnaie et les cycles, la théorie des choix... Mais on peut dire que l'apport majeur d'Allais a été de démontrer pour la première fois deux théorèmes d'équivalence bien connus de tous les économistes?: toute situation d'équilibre concurrentiel est une situation d'efficacité maximale et toute situation d'efficacité maximale est une situation d'équilibre concurrentiel.

    Il est aussi le père de ce que l'on a appelé le paradoxe d'Allais qui remet en cause les principes de Bernouilli sur l'espérance mathématique de gain en introduisant la psychologie dans la théorie des risques et en démontrant qu'au voisinage de la certitude tout preneur de risque préfère toujours la sécurité.

    Allais fut aussi un farouche partisan du libéralisme avec des formules célèbres comme « la promotion sociale ne peut avoir de sens que si elle est sélective ou encore l'égalité n'est ni souhaitable ni possible »... Pour lui, la justice ne peut venir que du marché, car disait-il « l'exercice du pouvoir par des hommes sur d'autres hommes engendre toujours la corruption, seul le marché est incorruptible »?!

    Il a aussi toute sa vie critiqué les décisions des hommes politiques en matière de fiscalité qui, selon lui, « pénalise toujours les plus capables ». Ses idées en la matière sont originales et particulièrement audacieuses puisqu'il préconise en particulier de supprimer l'impôt sur le revenu mais en contrepartie de généraliser l'impôt sur le capital?! Question d'actualité s'il en est dans le débat français...

    À travers l'ensemble de ses travaux, on constate que Maurice Allais a très souvent fait figure de pionnier. « Mon oeuvre, affirmait-il, a représenté un long effort souvent pénible pour me dégager des sentiers battus et des conceptions dominantes de mon temps. » On peut enfin dire que sur le plan de l'analyse, comme sur le plan de l'économie appliquée, il s'est toujours efforcé de repenser le rôle de la liberté économique et de l'économie de marché pour atteindre la plus grande efficacité et cela dans un dialogue permanent entre la théorie et l'expérience, entre le modèle et la réalité.

    Dominique Roux,

    professeur à l'université de Paris Dauphine, auteur de « Nobel en économie » chez Economica.

    Maurice Allais, 1911-2010
    Né à Paris le 31 mai 1911, Maurice Allais aurait eu 100 ans l'an prochain. Il laisse une oeuvre immense notamment sur la théorie des marchés efficients. Dans « la Crise mondiale d'aujourd'hui » (éd. Clément Juglar, 1999), il développe une violente critique de la mondialisation et de la finance moderne. Il a aussi écrit sur les erreurs de la construction européenne (« Combats pour l'Europe » ; « l'Europe en crise, que faire ? »). Son dernier ouvrage qui date de 2007 parle de lui-même : « La mondialisation, la destruction des emplois et de la croissance, l'évidence empirique ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :