• Pas si compliqué que ça, de gagner de l'argent en Bourse, finalement

    Le point de vue des chroniqueurs de l'agence économique Reuters Breakingviews

    Pas si compliqué que ça, de gagner de l'argent en Bourse, finalement

                La théorie des marchés efficients a pris du plomb dans l'aile ces derniers temps. Dans sa dernière étude sur le rendement des investissements de long terme, à laquelle ont été associés trois membres de la London School of Economics, Crédit Suisse enfonce le clou. Ces travaux montrent que si, en théorie, il est incroyablement difficile de faire mieux que le marché en pratiquant la gestion active de portefeuille, on peut très bien y parvenir en appliquant des recettes d'une simplicité confondante.

    Deux d'entre elles sont bien connues. En Bourse, les petites entreprises sont en général plus performantes que les grandes. Aux Etats-Unis, le différentiel de rendement annuel s'est élevé de 3 points en moyenne depuis 1926. Les investisseurs ont aussi intérêt à ne pas acheter des valeurs de croissance, pour leur préférer des valeurs de rendement. Ces sociétés, qui affichent des multiples de résultat ou de valeur de bilan plus modestes, ont réalisé une surperformance du même ordre.

    Pourtant, la méthode simple qui marche le mieux, c'est de suivre la tendance du marché, en achetant les titres les plus profitables et en vendant ceux qui sont à la traîne. Il est vrai qu'en 2009 cette tactique qui consiste à " miser sur les gagnants et se débarrasser des perdants " a produit des résultats catastrophiques. Mais si l'on se fie aux enseignements de l'Histoire, ces pertes seront à un moment ou à un autre plus que récupérées.

    Un fonds spéculatif britannique qui aurait opéré dans les tout derniers mois du règne de la reine Victoria aurait atteint un rendement de 14 % par an en répétant la boucle suivante : acheter les titres qui ont été les plus dynamiques au cours des douze mois précédents, les garder quelques mois, puis les vendre. Une technique qui assure un rendement annuel supérieur de 5 points à la moyenne générale du marché. A l'inverse, celui qui aurait joué systématiquement l'achat des valeurs les moins perfomantes pour miser sur leur retour en grâce aurait dégagé un retour annuel plutôt maigre de 4 %.

    Règle mécanique

    Personne ne peut expliquer rationnellement pourquoi une stratégie aussi simple se révèle aussi payante, surtout au cours des dernières décennies, qui ont vu les frais de transaction descendre très bas. S'il se trouvait suffisamment d'investisseurs rationnels pour l'adopter, l'écart de performance disparaîtrait.

    La meilleure explication est peut-être que les investisseurs ne sont pas des acteurs rationnels. Les professionnels sont tellement convaincus de leur valeur ajoutée qu'il leur est impensable de se contenter d'appliquer une règle aussi mécanique. Ce qui fait le bonheur de ceux qui la suivent, d'autant qu'après une année aussi calamiteuse que 2009, de nombreux investisseurs seront certainement tentés de s'en détourner... exactement au moment où il faudrait ne rien faire. Il est possible que l'avenir démente ces propos, mais ce vénérable cas de figure âgé de 110 ans est un argument imparable.

    Nicholas Paisner et Edward Hadas

    (Traduction de Christine Lahuec)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :