• Plus d'un assureur français sur quatre devra opérer des changements stratégiques

    Plus d'un assureur français sur quatre devra opérer des changements stratégiques

    Par Virginie Deneuville

    Dans le cadre de Solvabilité II, qui entrera en vigueur fin 2013, les notes du secteur risquent d'être affectées négativement, estime S&P

    Rapprochement entre acteurs, arrêt de certaines activités, etc. : la directive réglementaire Solvabilité II, qui doit entrer en vigueur début 2013, devrait occasionner «des décisions stratégiques majeures pour plus d’un quart des assureurs français», a anticipé mercredi à l’occasion d’une conférence Yann Le Pallec, responsable assurance Europe, Moyen-Orient, Afrique chez Standard & Poor’s ( S&P).

    Avec Solvabilité II, qui devrait engendrer une augmentation du coût du capital pour le secteur, S&P estime que les notes des assureurs pourraient être affectées négativement. Des «gagnants et des perdants» devraient par ailleurs se dégager. «La directive aura un impact potentiel positif sur les assureurs confortablement capitalisés, les groupes internationaux diversifiés et le marché de la titrisation des risques assurance (les assureurs transférant une partie de leurs risques sur les marchés de capitaux, ndlr)», a expliqué Yann Le Pallec.

    Aux yeux de ce dernier, la réassurance devrait également tirer son épingle du jeu, bénéficiant «d’un bon timing, puisque le secteur a été l’un des mieux armés face à la crise compte tenu des leçons tirées de 2001. Les réassureurs bénéficient également de leur diversification tant géographique qu’en termes d’activités, avec une présence sur la réassurance vie et non-vie multibranche».

    A contrario, «pour les assureurs vie, avec des engagements retraite et rentes considérables, les investisseurs importants en actions et les assureurs monobranches ou peu diversifiés, l’impact de Solvabilité II se révèle potentiellement négatif», a indiqué le professionnel.

    Comparativement aux autres Etats européens, «la France n’est pas la mieux préparée à Solvabilité II», a indiqué Yann Le Pallec, mettant en avant un niveau de préparation plus élevé dans des pays comme l’Allemagne ou l’Angleterre.

    Dans une note de recherche publiée mercredi, S&P estime par ailleurs que «les bénéfices et l’adéquation capitalistique des assureurs français est rendue difficile par la pression sur les marchés», réduisant les résultats techniques. L’agence continue à prévoir de possibles dégradations de notes d’assureurs français au cours des douze prochains mois, 40% des acteurs présentant une perspective négative, contre seulement 3% à fin septembre 2008

    Voila pourquoi les assureurs ( surtout ) français sont vent debout contre Solvency II. Je sais c’est un débat très technique, mais au combien important.

    N’oublions pas non plus qu’en France les assureurs sont aussi banquiers.

    Les assureurs français contestent la future réglementation européenne


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :