• Plus d'un milliard de personnes souffrent de la faim en 2009

    Reuters14.10.09 | 11h51

                OME (Reuters) - Plus d'un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde en 2009, situation exacerbée par la combinaison de la crise alimentaire et de la récession économique, déclarent mercredi les agences des Nations unies.

    Le nombre de victimes de la malnutrition a augmenté de 100 millions par rapport à l'année dernière, pour atteindre son niveau le plus haut en quarante ans, soulignent dans un rapport l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

    "Le nombre croissant de personnes affamées est intolérable", a déclaré le directeur général de <st1:personname productid="la FAO" w:st="on">la FAO</st1:personname>, Jacques Diouf, en présentant le document.

    "Nous avons les moyens économiques et techniques pour mettre un terme à la faim, ce qui fait défaut, c'est une volonté politique plus forte pour se débarrasser de la faim à jamais", a-t-il ajouté.

    Les deux organisations estiment à 1,02 milliard le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde et imputent la forte augmentation de ce chiffre au prix élevés des denrées, notamment dans les pays en développement, à la baisse des revenus et à la perte d'emplois.

    L'éclatement récent de crises alimentaire et économique a contribué à aggraver la situation, mais le nombre de personnes mal nourries augmente de façon régulière depuis une décennie et les bénéfices des progrès observés dans les années 1980 et au début des années 1990 s'effacent.

    Le Groupe des huit (G8) pays les plus industrialisés s'est engagé en juillet à apporter 20 milliards de dollars en trois ans aux pays les plus démunis pour les aider à subvenir à leurs besoins, mettant ainsi un accent nouveau sur le développement agricole à long terme.

    Mais cette approche a suscité des craintes sur la baisse des aides d'urgence. L'année dernière, le PAM avait levé cinq milliards de dollars - un record - pour nourrir les personnes affectées par la hausse des prix, qui a provoqué des émeutes de la faim dans certains pays entre 2006 et 2008.

    Cette année, le programme onusien a reçu 2,9 milliards de dollars et a dû réduire les rations de nourriture ou la portée de ses opérations, notamment au Kenya et au Bangladesh.

    Les deux agences préconisent une approche qui allie aide d'urgence et développement à long terme.

    Silvia Aloisi, version française Grégory Blachier

    C'est cela qui est intolérable.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :