• Que faire avec 2.500 milliards de dollars ?

    Que faire avec 2.500 milliards de dollars ?

    Pour vous, comme pour moi, gagner ce super loto serait un rêve absolu non ? Même 2,5 milliards suffiraient. Allez même 100 fois moins. Mais pour les responsables de la gestion des réserves de change chinoises, ces 2.500 milliards de dollars sont un cauchemar de tous les jours. Les décideurs ne doivent pas dormir de la nuit car ils sont en permanence dans une situation d'équilibrisme où la chute, au mieux, les entraînerait dans un joli camp de travail, au pire, enfonçerait le pays un peu plus loin dans la crise.

    Pourquoi la gestion de ces réserves est-elle un casse-tête chinois ? Parce qu'elles sont, tout d'abord, la façade hollywoodienne de la Chine. Tous les pays leur font des courbettes car un pays qui a autant d'argent en réserve est le roi du monde. Or, les gérants de ces réserves savent pertinemment qu'elles sont un écran de fumée pour les étrangers qui dissimulent la situation désastreuse des finances des régions et probablement des banques chinoises. Si la bulle immobilière éclate, comme elle doit le faire dans les mois qui viennent, il ne restera rien de ce prétendu trésor. Les gérants de ces réserves savent que, du jour au lendemain, on peut leur demander de mobiliser tout ou partie de l'argent pour faire face à un sinistre régional ou bancaire.

    L'autre problème, le plus connu, c'est l'allocation de cet argent. Où investir ces 2.500 milliards de dollars sans prendre trop de risques tout en étant capables de les mobiliser rapidement en cas de besoin ? Pour l'instant, le choix était limité, c'est ce qui explique que plus de 30 % des réserves étaient investis en emprunts du Trésor américain et deux tiers en dollars. Mais les Chinois eux savent ce que le marché ne veut pas encore admettre : les États-Unis ne remboursent pas intégralement leur dette, ils n'en ont pas les moyens, et les États-Unis vont laisser leur monnaie se déprécier pour relancer leurs exportations. Les Chinois vont donc être pris dans un jeu dont ils étaient jusqu'à présents les champions, le jeu de l'étau : perte sur les emprunts américains en cas de renégociation ou de krach ET perte sur le dollar. Alors ils tentent de diversifier leurs avoirs. Sans succès. On a vu la semaine dernière la véritable panique qu'a provoquée la rumeur selon laquelle ils s'intéressaient aux emprunts d'État japonais. En une journée, le yen a flambé et l'esprit des politiques et des exportateurs nippons s'est instantanément échauffé. Les Japonais ont vu dans cet amour soudain des Chinois pour leurs emprunts d'État une volonté mal intentionnée de faire monter le yen et donc de réduire l'avantage compétitif des exportateurs japonais.

    Le seul marché qui pourrait absorber une grande partie des avoirs chinois - surtout en ce moment compte tenu des besoins de financement des pays du Sud -, c'est l'Europe, et c'est probablement là qu'ils vont parquer leur argent en attendant qu'il soit utilisé pour un plan de sauvetage intérieur. Souvenons-nous tout de même que l'euro s'était écroulé, une fois encore, quand certaines rumeurs avaient fait état des doutes des Chinois sur la dette européenne.

    Disons-le tout net : si demain, on me proposait un job au State Administration of Foreign Exchange, je dirais non. Je préférerais encore écouter en boucle le CD de Carla Bruni En attendant, la Chine va tenter de limiter la casse. Elle va sauver ce qui est sauvable de ses avoirs en dollars et, pour cela, elle devra mettre la pression sur les États-Unis pour qu'ils adoptent une politique de rigueur et pas une politique de relance, ni une politique de ri-lance chère à Christine Lagarde. Mais elle n'a aucune chance d'être entendue même si elle qualifie de « nucléaire » la menace de liquidation de ses actifs en dollars. Les Américains vont leur répondre ce qu'ils ont toujours répondu au reste du monde quand ils étaient en crise : « Le dollar, c'est notre monnaie mais c'est votre problème. » Et ils leur diront en chinois.

    Point de vue Marc Fiorentino Stratège d'Allofinance.com


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :