• Quelques dépêches (AFP du WE) du Busines is Usual !!!

    1. Nestlé pourrait quitter <st1:personname productid="la Suisse" w:st="on">la Suisse</st1:personname> si les salaires étaient plafonnés :

     Le groupe alimentaire suisse Nestlé pourrait transférer son siège de Suisse si le gouvernement de Berne décidait de plafonner les salaires des dirigeants, a averti le président du groupe dans des déclarations publiées dimanche par le journal Sonntag.

     "Ce serait le début de la fin", a affirmé Peter Brabeck au journal suisse en réponse à une question sur une possible limitation par l'Etat des salaires les plus hauts.

     Pour Nesle, si une telle mesure était prise, le groupe "se poserait la question de savoir si <st1:personname productid="la Suisse" w:st="on">la Suisse</st1:personname> était toujours le meilleur endroit pour s'installer", a poursuivi le patron du géant alimentaire.

     La crise économique et financière a provoqué un tollé public contre les hauts salaires et les bonus accordés aux dirigeants, notamment ceux travaillant dans le secteur financier.

     Au cours des dernières semaines, des appels ont été lancés dans certains pays occidentaux pour un plafonnement des salaires.

     Selon M. Brabeck, l'attractivité de <st1:personname productid="la Suisse" w:st="on">la Suisse</st1:personname> résidait essentiellement dans "l'environnement légal sûr" qu'elle offrait. Cependant, cette sécurité qui était aussi solide que du granit, s'est détériorée.

     "Récemment, des pressions ont été exercées sur <st1:personname productid="la Suisse" w:st="on">la Suisse</st1:personname> de l'extérieur et de l'intérieur. Et nous constatons que le gouvernement ainsi que le Parlement sont prêts à amender les lois existantes".

     "C'est préjudiciable pour l'installation d'un groupe. <st1:personname productid="la Suisse" w:st="on">La Suisse</st1:personname> était dans le passé connue pour refuser de céder à de telles demandes", a-t-il dit.

     La banque suisse UBS, poursuivie pour fraude fiscale par Washington, avait accepté de réléver l'identité de 4.450 de ses clients américains pour échapper à un procès.

     Pour certains, cette démarche signifie que les régles du secret bancaire ont été compromises en Suisse.

     Peter Brabeck a indiqué que le cas d'UBS n'est pas isolé, en évoquant des pressions exercées sur <st1:personname productid="la Suisse" w:st="on">la Suisse</st1:personname> par le ministre allemand des Finances Piers Steinbrueck au sujet du secret bancaire".

     Nestle a son siège à Vevey, dans l'ouest de <st1:personname productid="la Suisse." w:st="on">la Suisse.</st1:personname>

    2. Arrêter les restructurations est "inenvisageable", selon le DRH de France Télécom :

     Se disant "effondré" par le suicide d'une employée vendredi soir, le 23e en un an et demi, Olivier Barberot, directeur des ressources humaines de France Télécom, estime qu'il faut "améliorer les dispositifs d'accompagnement des réorganisations", mais juge "inenvisageable" l'arrêt des restructurations dans l'entreprise.

     "C'est inenvisageable, ou alors la concurrence doit être gelée et la technologie cesser d'évoluer", déclare M. Barberot dans un entretien publié dans "Le Journal du dimanche". "Nos résultats sont comparables à ceux de nos concurrents. S'ils baissaient, nous serions pénalisés dans la compétition internationale et nous aurions des difficultés à financer nos investissements."

     Interrogé sur ces restructurations, le DRH de France Télécom explique que l'entreprise "a dû effectuer une profonde mutation pour passer d'une administration en charge du téléphone fixe à une entreprise qui fait aussi du mobile, de l'Internet et du contenu". "La mobilité vers ces nouveaux métiers s'est faite, pour l'immense majorité des salariés concernés, sur la base du volontariat avec un énorme effort de formation", affirme-t-il.

     Olivier Barberot reconnaît toutefois des cas "de salariés en souffrance". "Il faut les écouter et améliorer les dispositifs d'accompagnement des réorganisations", assure-t-il.

     Quant à l'employée de 32 ans qui s'est défenestrée vendredi soir sur son lieu de travail à Paris, il affirme que "cette jeune femme avait des difficultés personnelles qui étaient connues du service des ressources humaines et de la médecine du travail".

     "Elle avait travaillé 58 jours en 2008 et avait été absente 61 jours cette année. Nous avions d'ailleurs réagi en réduisant sa charge de travail", ajoute-t-il. "Je regrette profondément que cela n'ait pas suffi".

     Il précise enfin qu'"on venait de lui annoncer qu'elle changeait de chef, mais ni de lieu de travail ni de métier". "Elle avait été mutée en juin de Courbevoie (Hauts-de-Seine) à Paris, mais cela réduisait son temps de transport." AP

    3. Les Etats-Unis imposent des droits de douane aux pneus chinois :

     Le président américain Barack Obama a décidé d'imposer des droits de douane en signe de rétorsion contre les importations aux Etats-Unis de voitures et de pneus pour véhicules légers en provenance de Chine, à partir du 26 septembre.

     <st1:personname productid="La Chine" w:st="on">La Chine</st1:personname> a réagi samedi en qualifiant la décision de protectionisme, et en exprimant une forte opposition à cette atteinte aux principes de liberté du commerce international. Pékin menace de répondre en pénalisant les exportations américaines de viande de poulet.

     Le président américain a jusqu'au 17 septembre pour endosser ou rejeter un avis de la commission américaine sur le commerce international, qui demande cette hausse des droits de douane frappant les pneus. L'argument développé est que leur vente nuit aux producteurs américains. Le syndicat des ouvriers de l'acier, United Steelworkers, leur attribue la disparition de milliers d'emplois aux Etats-Unis.

     Les droits supplémentaires perçus seront de 35% la première année, puis 30 et 25% les deux suivantes, dans la version de <st1:personname productid="la Maison Blanche" w:st="on">la Maison Blanche</st1:personname>, moins élevés que ce que réclamait la commission. Les droits de douane actuels sur les pneus importés sont de 4%. AP

    4. Larry Summers hésite à retirer le soutien public aux banques américaines :

     Conseiller économique du président américain, Larry Summers craint une rechute si l'on retire trop vite le soutien de l'Etat fédéral aux banques du pays.

     Ce serait une erreur de crier victoire trop vite en coupant la pompe publique qui alimente le crédit, estime le directeur du conseil économique de <st1:personname productid="la Maison Blanche." w:st="on">la Maison Blanche.</st1:personname>

     Summers s'est référé à l'exemple du Japon, dont l'économie ne s'est toujours pas relevé d'une décision comparable prise dans les années 1990, et aux Etats-Unis des années 1930, qui avaient interrompu l'aide de l'Etat trop tôt. "Nous ne devons pas faire une telle erreur aujourd'hui" juge l'expert en finances publiques.

     Couper la respiration artificielle qui alimente les banques pourrait se traduire par un gel des crédits, et une retombée de la reprise naissante, d'après M. Summers. AP

     

    Sans commentaires, trop triste.

    Si sur la dernière, quand on la mets en parallèle avec se qui se passe aux Us pour le plan santé d’Obama.

    La cela devient difficile de voir comment on traite la finance et la santé dans ce pays.

    Et je ne parle pas de du régulateur bancaire américain FDIC qui a annoncé vendredi la fermeture de trois nouvelles banques, y compris la Corus Bank de Chicago (Illinois, nord), qui avec 7 milliards de dollars d'actifs représente la quatrième plus grosse faillite bancaire de l'année. Cela en fait 92 depuis le début de l'année.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :