• Réduire de 30 % le taux des émissions de carbone

    Réduire de 30 % le taux des émissions de carbone

    Il faut un modèle de croissance neuf en Europe

    Les efforts actuellement déployés par l'Europe pour sortir de la récession ne doivent pas nous faire oublier la question urgente du modèle économique que nous désirons construire.

    Une formidable occasion s'offre à nous : celle du renforcement de notre propre reprise économique, de l'amélioration de notre sécurité énergétique et de la lutte contre le changement climatique par le développement des secteurs énergétiques à faibles émissions de carbone et de l'exploitation de nouvelles sources d'emplois et d'exportations. La principale question à laquelle l'Europe est confrontée est de savoir si elle sera capable de saisir cette occasion, en conduisant le monde dans ses efforts de création de ce nouveau modèle à faibles émissions de carbone, en vue de renouer avec la croissance économique.

    Nous sommes convaincus qu'elle en est capable ; les incitations susceptibles de provoquer les changements requis en matière de modèles d'investissement ne sont cependant pas en place. L'objectif actuel de l'Union européenne (UE) visant à une réduction des émissions de carbone de 20 % d'ici à 2020 par rapport à 1990 constitue un obstacle essentiel ; c'est un objectif qui semble désormais insuffisant pour effectuer une transition vers un modèle faiblement consommateur de carbone.

    Après tout, la récession elle-même a entraîné une réduction des niveaux d'émissions du secteur marchand de l'UE de 11 % par rapport à la période d'avant la crise. Du fait en partie de cette diminution, le cours actuel du carbone est largement trop bas pour entraîner des investissements significatifs dans des emplois et des technologies verts.

    Si nous nous en tenons à ce taux de 20 %, l'Europe est susceptible de perdre cette course vers un modèle à faibles émissions de carbone face à des pays tels que la Chine, le Japon ou les Etats-Unis. Ceux-ci s'efforcent en effet de créer un environnement plus attractif pour les investissements en adoptant des politiques de promotion des modèles à faibles émissions de carbone, et en canalisant les ressources de leurs plans de relance vers des investissements dans des activités à faibles émissions de carbone.

    C'est pourquoi nous sommes aujourd'hui convaincus de la nécessité, pour l'UE, d'adopter un objectif de réduction des émissions de carbone de nature à véritablement inciter à l'innovation et à l'action dans le contexte international : une réduction de 30 % d'ici à 2020. Cela représenterait une véritable tentative de limitation de l'augmentation de la température mondiale à 2° - soit le seuil critique au-delà duquel le danger climatique sera important -, en renforçant la détermination de ceux qui préconisent déjà une action ambitieuse et en encourageant davantage ceux actuellement en attente en coulisses. Cela constituerait également un choix économique judicieux.

    En adoptant un objectif plus ambitieux, non seulement l'UE influerait directement sur l'évolution des cours du carbone d'ici à 2020, mais elle enverrait également un signal fort quant à sa détermination à mettre en place un cadre politique propice à l'émergence, sur le long terme, d'un modèle à faibles émissions de carbone. Nous ne devons pas perdre de vue que ce sera le secteur privé qui fournira la très grande majorité pour la construction de ce modèle ; le passage à un objectif de réduction de 30 % permettrait une certitude et une prévisibilité accrues pour les investisseurs.

    Les entreprises européennes sont déjà en position de tirer profit de ces nouvelles occasions. Leur part de marché internationale actuelle s'élève à 22 % du secteur des biens et des services faiblement consommateurs de carbone, grâce au rôle de leader joué dès le début par l'Europe en matière de lutte contre le changement climatique. Les engagements de Copenhague, bien qu'ils soient moins ambitieux que ce que nous avions espéré, ont entraîné un effort généralisé, en particulier en Chine, en Inde et au Japon.

    Il apparaît d'autant plus urgent d'agir que cela permettrait de réduire les coûts, comme le font apparaître les estimations. En raison de la baisse des émissions due à la récession, le coût annuel de la réalisation de l'objectif de réduction de 20 % d'ici à 2020 a baissé d'un tiers, passant de 70 à 48 milliards d'euros. Le coût d'un passage à 30 % est désormais estimé à 11 milliards d'euros de plus que le passage originel à un objectif à 20 % de réduction, soit un surcoût de moins de 0,1 % de la valeur de l'économie de l'Union. De plus, un report de l'engagement de l'Europe comporterait un coût élevé : d'après l'Agence internationale de l'énergie (AIE), le coût de chaque année de retard de l'investissement dans les sources d'énergie à faible émission serait compris entre 300 et 400 milliards d'euros au niveau mondial.

    Ces coûts ont en outre été calculés sur la base d'une hypothèse prudente d'un baril de pétrole à 88 dollars en 2020. Or, étant donné les contraintes qui pèsent actuellement sur les investissements axés sur l'offre, la croissance rapide de la consommation en Asie et les retombées de la marée noire dans le golfe du Mexique, les cours du pétrole pourraient continuer d'augmenter ; selon un des scénarios de l'AIE, celui-ci pourrait atteindre le montant nominal de 130 dollars le baril.

    L'augmentation des prix du pétrole entraînerait une diminution du coût de la réalisation de l'objectif de réduction des émissions de carbone et, selon certains scénarios, les retombées économiques directes de la réalisation de l'objectif de 30 % s'avéreraient, au bout du compte, positives. Les entreprises et les ménages économiseraient davantage, grâce à une diminution de leur consommation d'énergie - et, par voie de conséquence, des importations -, et cet objectif n'entraînerait pas de coûts supplémentaires pour l'économie.

    Certains secteurs à forte consommation d'énergie devront affronter des coûts plus élevés que la moyenne. Nous essayons déjà de les sauvegarder par l'allocation gratuite de quotas d'émissions et des mesures alternatives pourraient s'avérer nécessaires, le cas échéant, pour empêcher les fuites de carbone. La véritable menace à laquelle ces secteurs sont confrontés est celle de l'effondrement de la demande sur les marchés européens du bâtiment et des travaux publics.

    Le moyen le plus sûr d'augmenter la demande des matériels induite par ces secteurs est de mettre en place des incitations à l'investissement dans des infrastructures à grande échelle et à faibles émissions de carbone. Nous nous efforçons de maximiser les chances de l'industrie de l'Union.

    Nous devons donner à nos entreprises la possibilité de se développer sur le plan national tout en continuant d'affronter la concurrence internationale. Le passage aux 30 % entraînerait au moins un doublement des marchés à faibles émissions de carbone par rapport au maintien de l'objectif actuel de 20 %. L'essentiel du surplus de croissance concernerait les secteurs porteurs tels que celui des activités relatives aux économies d'énergie.

    La renonciation à la discussion sur les 30 % nous conduirait à un ralentissement dans notre course à la réduction des émissions de carbone. Nos entreprises gagneraient une précieuse avance si nous prenions rapidement les mesures nécessaires. C'est pourquoi nous croyons que le passage à l'objectif d'un taux de 30 % de réduction des émissions est le bon choix pour l'Europe.

    C'est une politique favorable à l'emploi, à la croissance, au renforcement de la sécurité énergétique et à l'atténuation du risque climatique. C'est avant tout une politique pour l'avenir de l'Europe.

    Jean-Louis Borloo  Chris Huhne Norbert Röttgen

     

    Ministre de l'écologie

    Ministre britannique

    de l'environnement

    Ministre allemand de l'environnement


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :