• Résultats des Banques ( tout va bien Madame la Marquise....)

    Lisez bien les titres des dépêches que j’ai reproduites (toutes les dépêches liées aux résultats bancaires de la journée de hier).

     

    Maintenant lisez les commentaires que j’ai surligné.
    Voila c’est comme cela que l’on nous explique que tout va bien
    .

     

     

    HSBC et Barclays affectées par les créances douteuses :

    par Steve Slater et Myles Neligan

    LONDRES (Reuters) - Les créances douteuses continuent d'empoisonner le quotidien des plus grandes banques comme en témoignent les résultats de HSBC et Barclays, mais les deux établissements ont su surprendre les marchés en faisant état de bénéfices encourageants

    Les deux banques ont publié des résultats solides imputables au sursaut du crédit et des échanges commerciaux internationaux tout en montrant qu'elles avaient su grappiller des parts de marché à des concurrentes moins bien loties, expliquent des analystes.

    ……………

    HSBC a fait état d'un bénéfice imposable de cinq milliards de dollars pour les six premiers mois de l'année, soit moitié moins que les 10,2 milliards dégagés à la même époque l'année dernière.

    Le résultat est cependant supérieur aux 4,9 milliards sur lesquels tablaient les 11 analystes de Reuters.

    Barclays a de son côté fait état d'un bénéfice de trois milliards de livres, 8% de plus qu'au même trimestre l'année dernière. Le résultat est cependant inférieur aux 3,5 milliards de livres prédits par les analystes interrogés par Reuters.

    HSBC a annoncé que ses créances douteuses avaient bondi de 39% à 13,9 milliards de dollars, tandis que celles de Barclays ont bondi de 86% à 4,6 milliards de livres(7,8 milliards de dollars).

    ………
    "Néanmoins, le calendrier, la forme et l'ampleur d'une éventuelle reprise de l'économie dans son ensemble restent hautement incertains."

    Ces résultats confirment la tendance observée de l'autre côté de l'Atlantique où les banques américaines telles que JPMorgan on vu reculer leurs revenus tirés des activités de banque d'investissement alors que les créances douteuses issues des métiers de banque de détail continuent de grimper.

    Version française Nicolas Delame

     

    Perte nette de 1,4 milliard de francs au 2e trimestre pour UBS :

     

     

    ZURICH (Reuters) - UBS fait état d'une perte nette de 1,4 milliard de francs suisses au titre du deuxième trimestre, contre 358 millions la même période de l'an passé.

    Le groupe avait annoncé fin juin dans le cadre d'un projet de placement d'actions nouvelles qu'il prévoyait pour la période sous revue une perte nette.

    Le résultat inclut des pertes sur crédit de 1,213 milliard de francs, des coûts de restructuration de 582 millions et une charge pour dépréciation de goodwill de 492 millions en rapport avec la vente annoncée d'UBS Pactual, précise dans un communiqué le numéro deux de la banque en Suisse.

    Les sorties nettes de capitaux dans la gestion de patrimoine se sont élevés à 16,5 milliards de francs à la fin juin, contre 17,3 milliards un an plus tôt. Wealth Management Americas a enregistré des reflux nets d'argent frais à hauteur de 5,8 milliards.

    La gestion d'actifs (Global Asset Management) a accusé des sorties pour 17,1 milliards.

    Silke Koltrowitz, édition Pascal Schmuck

    Hausse de BNP au 2e trimestre, contribution positive de Fortis :

     

     

    par Matthieu Protard

    PARIS (Reuters) - BNP Paribas, deuxième banque de la zone euro par la capitalisation boursière, annonce un bénéfice net de 1,604 milliard d'euros pour le deuxième trimestre 2009, en hausse de 6,6% par rapport à la même période de l'année dernière grâce notamment à une forte contribution de Fortis.

    Le consensus Reuters, réalisé auprès de 12 analystes, tablait en moyenne sur un bénéfice net de 1,232 milliard d'euros sur le trimestre.

    La comparaison entre la performance de la banque et le consensus est néanmoins difficile à réaliser en raison de l'intégration de Fortis et de l'écart de survaleur (badwill) lié à l'acquisition de la banque belge, finalisée le 12 mai dernier.

    Dans un communiqué, BNP Paribas, qui consolide pour la première fois et pour un mois et demi, les comptes de Fortis, fait état d'un produit net bancaire de 3,044 milliards d'euros, en hausse de 20,1% par rapport à la même période un an plus tôt.

    Pour couvrir les risques liés aux créances douteuses du fait de la crise, la banque a par ailleurs passé 2,039 milliards d'euros de provisions, un chiffre multiplié par trois par rapport à l'année dernière.

    Les créances douteuses empoisonnent les établissements bancaires un peu partout dans le monde.

    En Europe, la banque espagnole Santander, première capitalisation boursière bancaire de la zone euro, a ainsi vu ses provisions pour risque de crédit augmenter de 50% au deuxième trimestre, entraînant un repli de 4% de son bénéfice net, à 2,423 milliards d'euros. .

    L'allemande Deutsche Bank a de son côté dégagé un bénéfice net en hausse de 70% au deuxième trimestre, dopé par ses activités de marché, mais ses provisions pour créances douteuses ont été multipliées par plus de sept par rapport au deuxième trimestre 2008.

    Profitant da sa moindre exposition à la crise financière mondiale, BNP a finalisé le rachat en mai dernier des activités bancaires belges de Fortis, ainsi que d'une partie de son assurance, au terme d'un marathon de huit mois. Elle est ainsi devenue la première banque de dépôt de la zone euro.

    Edité par Pascale Denis

     

     

     

    Cela vous ne le voyez pas en Europe………..

     

     

    Bank of America paie une amende de 33 millions de dollars pour les bonus de Merril Lynch :

     

    Bank of America a accepté de payer une amende de 33 millions de dollars (environ 23 millions d'euros) à <st1:personname productid="la SEC" w:st="on">la SEC</st1:personname> (Securities and Exchange Commission), le gendarme américain de <st1:personname productid="la Bourse" w:st="on">la Bourse</st1:personname>, pour avoir induit en erreur les investisseurs au sujet des bonus versés aux dirigeants de Merrill Lynch.

    Lorsque BoA avait consulté ses actionnaires pour le rachat de Merrill Lynch, elle avait affirmé que la banque d'affaires ne verserai pas de bonus de fin d'année sans l'accord de BoA. Mais <st1:personname productid="la SEC" w:st="on">la SEC</st1:personname> affirme que Bank of America a en réalité autorisé Merrill Lynch à payer quelque 5,8 milliards de dollars (40,25 milliards d'euros) de bonus à ses dirigeants et traders. Cette somme représente près de 12% des 50 milliards de dollars (34,7 milliards d'euros) déboursés pour acquérir Merrill.

    Le document envoyé par mail par BoA à 283.000 de ses actionnaires au sujet de Merrill Lynch était "matériellement faux et induisait en erreur", a dénoncé <st1:personname productid="la SEC" w:st="on">la SEC</st1:personname> dans un communiqué.

    BoA a accepté de verser 33 millions de dollars pour boucler le dossier, et son porte-parole Scott Silvestri a précisé par mail que la banque "trouvait l'arrangement constructif pour refermer le dossier".

    Le procureur de New York, Mario Cuomo, qui avait signalé le problème à <st1:personname productid="la SEC" w:st="on">la SEC</st1:personname>, indique cependant qu'il ne renonce pas à poursuivre ses investigations. Le gendarme de <st1:personname productid="la Bourse" w:st="on">la Bourse</st1:personname> fera de même.

    Bank of America avait reçu 45 milliards de dollars (31,2 milliards d'euros) d'aide publique, dont 20 milliards conditionnés à l'acquisition de Merrill, réalisée au 1er janvier dernier.

    Mais il est apparu récemment, dans un rapport du ministre de <st1:personname productid="la Justice" w:st="on">la Justice</st1:personname> de l'Etat New York Andrew Cuomo, que BoA avait versé 3,3 milliards de dollars de primes à ses cadres en 2008, dont un total de 64 millions à quatre dirigeants, et que Merrill Lynch avait versé 3,6 milliards de dollars (2,5 milliards d'euros) de primes à des employés juste avant le rachat, dont 121 millions en tout à quatre personnes, alors même que la banque a enregistré plus de 15 milliards (10,4 milliards d'euros) de pertes au quatrième trimestre.

    "Les sociétés doivent donner aux actionnaires toute l'information factuelle sur les transactions qu'il leur est demandé d'approuver", a déclaré Robert Khuzami, directeur de la branche chargée d'appliquer les sanctions au sein de <st1:personname productid="la SEC." w:st="on">la SEC.</st1:personname> "Omettre de révéler qu'une société en difficulté va payer des millions de dollars de bonus est à l'évidence un manquement à ce devoir". AP

    st/sc/v489/xo/v0531

     


  • Commentaires

    1
    action bleue handica
    Mardi 4 Août 2009 à 21:16
    Merci pour ta fidelité
    2
    emile11111 Profil de emile11111
    Mardi 4 Août 2009 à 21:20
    Merci pour ta fidelité
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :