• Retraites : les prévisions du Conseil d’orientation ne font pas consensus

    Retraites : les prévisions du Conseil d’orientation ne font pas consensus  

    Le Medef juge que les scénarios préparés par Bercy tablent sur une évolution trop optimiste du chômage à long terme.

    La concertation sur la réforme des retraites commence mal. Avant même tout débat sur les mesures à prendre, les partenaires sociaux s’opposent déjà sur les scénarios macroéconomiques à partir desquels les nouvelles prévisions de déficit seront calculées d’ici à avril. Le Conseil d’orientation des retraites a examiné hier les trois scénarios plus ou moins optimistes préparés par Bercy (« Les Echos » du 12 février). Ils tablent sur des taux de chômage au-delà de 2020 variant de 4,5 % pour les plus optimistes à 7 % pour le plus pessimiste, ainsi que sur diverses hypothèses de croissance de la productivité du travail. Des chiffres très sensibles, puisque les besoins de financement qui en découleront varieront fortement en fonction des hypothèses retenues.

    A la limite du réalisme

    Pour le Medef, même le scénario le plus pessimiste est à la limite du réalisme. L’organisation patronale a donc avancé hier un 4e scénario, avec un taux de chômage de 7 % et une évolution de la productivité limitée à 1,2 % par an (contre 1,5 % à 1,8 % pour les autres scénarios). Cette proposition n’a pas été retenue. Sans partager la position du Medef, Bernard Devy (FO) est prudent :« On s’est toujours trompés quand on s’est basés sur des hypothèses trop optimistes,dit-il. Tabler sur un taux de chômage de 7 % nous paraît le plus raisonnable. »Jean-Christophe Le Duigou (CGT) est moins critique :« Ce ne sont pas des pronostics, mais les bases d’un raisonnement »,argumente-t-il.« Les scénarios retenus sont raisonnables, juge aussi Jean-Louis Malys (CFDT).Certes, le taux de chômage actuel, de 9,5 %, est nettement plus élevé, mais nous traversons la pire crise depuis 1929. Travailler sur des hypothèses trop pessimistes serait nous sanctionner nous-mêmes. »Les 39 membres du COR ont finalement entériné les trois scénarios et demandé à l’unanimité qu’aucun ne soit mis plus en avant qu’un autre. Entre un scénario « rose » et un scénario « noir », le risque est cependant que l’on retienne surtout l’hypothèse médiane (chômage à 6,7 % en 2014, et à 4,5 % à partir de 2021). Le mois dernier, François Fillon a annoncé un déficit de l’ordre de 100 milliards d’euros à horizon 2050, sans préciser sur quelles hypothèses il se fondait.

    Vincent Collen

    Les besoins de financement varieront fortement en fonction des hypothèses retenues.

    Et vous vous en pensez quoi ?

    La retraite


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :