• Retraites: que font les autres?

    Retraites: que font les autres?
    Tour d’horizon et comparaison des réformes en Europe et aux Etats-Unis.

     

     

    Allongement de la durée de vie et vieillissement des populations (aussi bien en Asie qu’en Europe ou en Amérique): tous les pays s’adaptent en réformant leur système de retraite. Mais chaque situation nationale est spécifique et les réformes doivent prendre en compte la part des dépenses de retraite dans la production nationale de richesse pour y faire face. Le constat est démographique, la solution est économique et politique.  

    Age légal ou durée de contribution, rarement les deux 

    Concernant l’âge de départ, les réformes ont toutes pour objectif de retarder l’âge auquel un retraité peut prétendre à une pension complète. Mais les modalités pour introduire souplesse et progressivité à partir d’un âge minimum de départ sont différentes.

    En France, au terme de la réforme, l’âge légal de départ voté la semaine dernière à l’Assemblée nationale est de 62 ans mais que la pension complète est soumise à une durée minimale de cotisation (de 162 trimestres aujourd’hui, elle passera à 166 trimestres en 2020, soit 41,5 ans comme le prévoit la réforme de 2003). Et, pour prétendre à une retraite sans décote quelle que soit la durée de cotisation, il faudra atteindre 67 ans à partir de 2018. 

    En Allemagne, référence la plus souvent utilisée en comparaison à la situation française, l’âge minimum est porté à 63 ans depuis 2008 avec seulement 35 ans de contribution, et la pension complète automatiquement délivrée à 67 ans (à partir de 2029 après un relèvement très progressif). Surtout, la notion d’âge minimum disparaît dès l’instant où une personne peut prétendre à 45 années de contribution, souligne le Conseil d’orientation des retraites (COR) qui s’est livré fin 2009 à une comparaison des systèmes de retraite à l’étranger et de leur réforme. 

    Le Royaume-Uni est un exemple intéressant dans la mesure où, par rapport à la situation actuelle et malgré un resserrement général, la réforme introduit de nouvelles souplesses. L’âge minimal pour partir en retraite sera de 68 ans (en 2046, après avoir atteint un palier de 65 ans pour les femmes en 2020) au lieu de 65 ans initialement pour les hommes et 60 ans pour les femmes. En échange de ces relèvements, il est prévu que la durée de cotisation pour obtenir une pension complète soit réduite à 30 ans dès 2010, au lieu de 44 ans pour les hommes et 39 ans pour les femmes avant la réforme.

    L’Italie partait d’une situation particulièrement favorable: retraite à 60 ans pour les hommes et 55 ans pour les femmes. La condition d’âge s’éteignant avec 35 années de cotisation, l’âge moyen de départ en retraite s’en trouvait avancé. En 2013, l’âge minimum passera à 61 ans et 36 ans de contribution. Toutefois, la notion de pension complète n’existe pas. Le montant de cette pension est proportionnel aux droits accumulés. Il risque donc d’être peu élevé si les retraités quittent trop tôt le monde du travail ou ont des carrières incomplètes.

    En Suède, où le consensus social prime, la réforme fait passer l’âge minimum de départ en retraite de 60 à 61 ans, et la notion de pension complète sans décote (accessible auparavant à 65 ans) disparaît. Avec la réforme quelle que soit la durée de cotisation, la pension dépend des droits accumulés, le coefficient d’augmentation des droits progressant avec l’âge de départ : 5,5% à 61 ans et 7,8% à 70 ans.  

    A noter que les Etats-Unis ont moins resserré les conditions légales de départ que les pays européens: l’âge minimum est maintenu à 62 ans, et l’âge pour prétendre à une pension complète est relevé de 65 à 67 ans, avec une durée de contribution de 35 ans. Toutefois, les régimes publics de retraite n’ont pas la même importance outre-Atlantique: ils ne constituent que 36% des revenus des personnes de plus de 65 ans, contre 85% pour les Français du même âge. Les personnes qui ne disposent pas d’épargne individuelle doivent donc rester en activité plus longtemps: alors que ces seniors américains (de plus de 65 ans) vont chercher 34% de leur revenu dans le travail, cette part tombe à 6% en France (et 12% en Allemagne comme au Royaume-Uni).  

    Des réformes sur plusieurs décennies 

    En analysant les dispositions prises à l’étranger, le COR remarque que «les réformes sont très étalées dans le temps». «Entre l’annonce des mesures et la fin de la réforme, il s’écoule parfois plusieurs décennies.» Aussi, s’il est un point où la France se distingue, c’est le rythme de relèvement de l’âge légal de départ, à raison de quatre mois par an —un choix délibéré et assumé comme le répètent les ténors de la majorité pour parvenir au terme de la réforme en 2018.  

    Aux Etats-Unis, la réforme de 1983 n’est entrée en vigueur que pour les personnes âgées de 62 ans en 2000, et s’achèvera avec la génération qui atteindra cet âge en 2022. Les réformes récentes en Allemagne, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni ont respectivement pour horizon 2029, 2034 et 2046. «Prévoir sur le long terme et de manière graduelle les relèvements des âges légaux de la retraite peut contribuer à rendre plus acceptable, politiquement et socialement, ce type de réforme», commentent les experts.  

    Public ou privé, choix de société  

    Si la part des dépenses publiques de retraite représente 12,4% du PIB en France (en 2005, selon les références du COR et de l’OCDE) et 11,4% en Allemagne, elle est de 14% en Italie mais seulement de 6% aux Etats-Unis, 5,7% au Royaume-Uni et 4% au Canada. Dans ces trois derniers pays, les retraites versées par le secteur public sont faibles, et une place importante est réservée aux régimes privés, professionnels ou individuels: 30% des revenus des seniors aux Etats-Unis, 39% au Royaume-Uni, 42% au Canada contre… 8% en France et 15% en Allemagne. Il s’agit donc de véritables choix de société. Ces choix s’expriment aussi dans la reconnaissance de la pénibilité (en France, en Italie, en Espagne, en Suède) ou l’existence de dispositifs de réversion pour les conjoints survivants (qui ont tendance à se durcir voire à s’éteindre, sauf en France).

    Préserver l’emploi pour accompagner les réformes

    Toute réforme des retraites doit s’accompagner d’une réflexion sur le marché de l’emploi. La France, avec moins de 39% de 55-64 ans en activité, est le mauvais élève de l’Europe pour le travail des seniors (54% en Allemagne, 58% au Royaume-Uni et 70% en Suède). Cette situation est souvent attribuée à un âge légal de retraite plus avancé. Or en 2007, l’âge moyen de sortie du marché du travail en Suède était de 64 ans contre 59,5 ans en France… pour un âge légal identique à 60 ans. L’exemple suédois semble démontrer qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème d’âge légal, mais de volonté pour maintenir les seniors en activité.

    Fort de ces comparaisons, le COR recommande de «restreindre les possibilités de départs anticipés, comme les dispositifs de préretraite, afin d’augmenter l’âge de cessation d’activité». Des mesures ont été récemment prises dans ce sens en France alors que les pouvoirs publics, il y a quelques années, avaient fait sauter tous les verrous (type contribution Delalande) destinés à renchérir les licenciements des seniors.  

    Gilles Bridier


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :