• Sécurité et Croissance

    Sécurité et Croissance

     

        Les questions de la sécurité et de la croissance ne sont pas indépendantes : les  crises de l’une et de l’autre sont intimement liées.

     Sans sécurité,   il ne peut y avoir de croissance, en tout cas pas de croissance légale ; et pour avoir de la sécurité, il faut pouvoir faire montre d’autorité. Thomas Hobbes avait d’ailleurs, le premier,  montré qu’une violence d’Etat était nécessaire pour permettre à l’économie de marché de fonctionner en garantissant  le droit de propriété et les contrats ; autrement dit,  le contrat social est  la condition de la validité des contrats privés.

    Réciproquement, sans croissance légale, il ne peut y avoir de sécurité, car la croissance  seule nous protège du développement de l’économie illégale, de l’économie criminelle, et pire, de l’économie du crime.

    Hors, la condition de la croissance légale  ne se réduit pas à  la mise en œuvre d’une politique sécuritaire, car  la  menace de sanctions  n’est jamais  dissuasive  quand la  probabilité de   réussir à gagner honnêtement sa vie est nulle, quand l’univers légal  est moins  attractif que l’univers   criminel.  

     Or,  c’est bien ce qui se passe aujourd’hui dans notre belle France : quand on vient de certains milieux,  la probabilité de réussir à l’école, de trouver un bon métier,     de faire mieux que ses parents, de faire fortune, est nulle.    Les enfants  des quartiers difficiles  sont deux fois plus nombreux que les autres à avoir deux ans de retard  à l’entrée  en sixième. Les habitants de ces banlieues souffrent de bien pire que de l’insécurité : ils souffrent de la certitude que rien de ce  qui constitue les bonheurs de la vie n’est pour eux.    Le gangstérisme devient  alors   la une forme  détournée   de la promotion sociale et la forme  dévoyée   de la  révolution.

    Si l’on veut assurer la sécurité et la croissance,  il ne sert donc  à rien  de retirer la nationalité à ceux qui n’en ont  cure, parce que cette nationalité ne leur rapporte rien ;  en  agissant ainsi, on ne fait  que créer un sentiment d’insécurité chez les   Français,  très nombreux, dont au moins un grand père est né  étranger.   Il ne sert à rien non plus d’ajouter  des milliers de policiers  à ceux qui font aujourd’hui courageusement face aux criminels : les moyens ne seront jamais suffisants, et on finira, comme l’ont fait d’autres pays, par abandonner aux bandes une vaste partie du  territoire français.  

    La  solution  n’est donc  pas dans une déclaration de guerre aux gangs, mais dans  la mise en valeur des talents de ceux qu’on est en train de laisser  devenir des ennemis de la République.  Il faut pour cela créer les conditions d’une véritable mobilité sociale. C’est possible :   ce qui est en passe de réussir pour le logement avec l’ANRU, peut réussir pour l’école et l’emploi. Il faut pour cela  aller chercher chaque enfant là où il se trouve, lui montrer le chemin de l’école, lui apporter les moyens dont il a besoin ; en considérant  chaque enfant de France comme une chance pour l’avenir du pays.    Comme notre pays l’a toujours fait jusqu’ici.

     Encore faudrait-il qu’on  se souvienne que tout ce qui est grand dans ce pays vient, d’une façon ou d’une autre, au moins en partie,   d’ailleurs ;   et que c’est même une tribu étrangère qui a donné son nom à la  « France ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :