• Tirons les leçons du mur de Berlin Bill Bonner

    Tirons les leçons du mur de Berlin
    Bill Bonner  Chronique Agora

    ▪ Cette semaine, nous fêtons les 20 ans de la chute du Mur de Berlin. Cet événement a marqué la fin de la plus grande expérience économique dirigée de tous les temps. Qu'ont appris les économistes ? Rien...

    En 1949, les Soviétiques et les Alliés ont divisé l'Allemagne en deux. Une partie a suivi le chemin traditionnel capitaliste de la reconstruction. L'autre partie a pris le chemin du communisme. De façon tout à fait remarquable, ils ont continué cette expérience pendant quarante ans.

    Cela a bien sûr été une terrible épreuve pour beaucoup des sujets de l'expérience. Les gens avaient tellement envie de fuir le groupe témoin de l'Allemagne de l'Est qu'ils risquaient leur vie en sautant par-dessus les fils barbelés des frontières. Puis, quand le mur est tombé, l'Allemagne de l'Est s'est presque vidée de ses habitants... Plus d'une personne sur 10 est allée s'installer à l'Ouest !

    ▪ Mais ce fut une grande expérience pour les économistes. Dommage qu'ils n'en aient rien appris.

    Ce qu'ils auraient dû apprendre, c'est que quand il s'agit de donner un peu plus de confort à la population, les dépenses du gouvernement sont une mauvaise méthode. C'est bien pour les quelques entreprises favorisées qui aident Washington à lever et à dépenser des milliers de milliards de dollars. En d'autres termes, c'est bien pour Goldman Sachs.

    Mais que se passe-t-il si vous n'avez pas de lien étroit avec le gouvernement ? Eh bien, ce n'est pas de chance. Vous devez faire la queue pour acheter des produits et des services de qualité inférieure -- produits par des entreprises d'Etat et des monopoles protégés. C'est ce qu'ont fait les Allemands de l'Est. Et, bien évidemment, les bureaucrates du gouvernement vous disent ce que vous devez faire... et vous empêchent d'améliorer votre qualité de vie.

    C'est ce qu'ils ont fait en Allemagne de l'Est. Et c'est ce qu'ils font, maintenant, aux Etats-Unis -- d'une façon un peu moins flagrante et grossière. Qui possède la plus grosse entreprise automobile des Etats-Unis ? Qui finance le secteur financier ? Qui contrôle les secteurs de la santé et de l'éducation ? Qui est le plus gros employeur ? Qui finance vos maisons ? Qui dirige vos banques ?

    ... vous connaissez la réponse.

    Mais voici une autre question : qui va droit à la faillite ? La réponse est la même.

    ▪ Et que pouvez vous y faire ? Et bien, tout ce qu'il vous reste à faire c'est d'anticiper ce qui va arriver... et bien vous positionner pour en tirer des bénéfices. Ou au moins vous positionner de façon à protéger vos actifs.

    Pour ce faire, il vous faut remplacer <st1:personname productid="la Fed" w:st="on">la Fed</st1:personname> par l'or, si vous voyez ce que je veux dire. <st1:personname productid="la Fed" w:st="on">La Fed</st1:personname> est négligente dans son devoir de protection de vos dollars papier. L'or physique -- et les ETF sur or -- sont un bon moyen d'être votre propre banque.

    Mais devez-vous acheter de l'or maintenant ?

    Réponse courte : ça dépend.

    Si vous achetez de l'or dans l'objectif de faire des bénéfices rapides, alors n'achetez pas maintenant, vous seriez déçu. Le prix augmente depuis des semaines. Ils se préparent probablement à faire une pause.

    L'or augmente également avec le prix des actions -- en anticipation d'une reprise inflationniste. Nous pensons que cela va finalement être une erreur. Il n'y a pas de reprise réelle à venir. Ni d'inflation.

    Quand les actions s'effondreront -- si elles s'effondrent --, l'or va s'effondrer aussi. Du moins pendant un certain temps.

    Mais si vous achetez de l'or comme le font les Chinois et les Indiens en tant que réserve monétaire, et non pas pour spéculer, c'est le bon moment pour acheter. Un jour, à l'avenir -- nous aimerions pouvoir vous dire quand --, l'or à 1 100 $ vous semblera bien peu cher.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :