• Troisième voie

    Troisième voie

    L'Homme viable


    Les jours de l'Homo economicus sont-ils comptés ? Sans doute. Et avec eux, ceux de l'idéologie du développement. Telle est, schématiquement, la thèse de ce livre, (mal) sous-titré " Du développement au développement durable ". Son originalité ? Celle d'être écrit par un père et son fils, tous deux spécialistes de ce que l'on appelle encore le " développement soutenable ".

    " La planète et les sociétés connaissent des alertes diverses qui sont, d'une manière plus ou moins certaine, annonciatrices de crises plus graves ", écrivent-ils. Comment anticiper les périls qui se profilent devant nous ? Comment sensibiliser les opinions mondiales, tout en évitant d'alimenter les peurs ?

    Voici un beau programme politique, et pédagogique, auquel l'ouvrage entend contribuer, sachant qu'" il est impossible de généraliser au reste de la planète le mode de vie occidental " ; que le " système terre " souffre ; et que la transition planétaire que nous vivons est celle de tous les dangers.

    Les deux auteurs, l'un économiste, l'autre agronome, ne sont pas les premiers à remettre en cause l'idée même de développement. (voir notamment Gilbert Rist, Le Développement. Histoire d'une croyance occidentale, Les Presses de Sciences Po, 2007).

    Le développement, rappellent-ils de concert, était à la fois une doctrine et une idéologie. Plutôt que de développement, les auteurs proposent de parler de " viabilité ". Ce terme, ajoutent-ils, désigne le caractère de ce qui est nécessaire à la vie. C'est aussi l'état d'un chemin où l'on peut circuler. " L'homme viable ", selon MM. Griffon, serait donc l'homme " capable de trouver le chemin et de le viabiliser pour définir un avenir viable et vivable ".

    Entre ceux qui considèrent qu'il suffira d'adapter à la marge les comportements, tout en s'en remettant à la science et à l'innovation, et ceux qui pensent que l'on va tout droit à la catastrophe, père et fils veulent croire ensemble à une troisième voie : celle de l'Homo viabilis... Une " voie étroite ", écrivent-ils. Mais la seule possible, affirment-ils, si l'on veut maîtriser le changement global.

    Philippe Arnaud

     

    Michel et Florent Griffon

    Editions Odile Jacob, 226 pages,

    21,90 euros


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :