• Un ex-leader de Tienanmen à la place de Warren Buffet ?

    Un ex-leader de Tienanmen à la place de Warren Buffet ?

     

    Warren Buffett se plairait-il à imaginer que seul un homme au destin exceptionnel puisse prendre sa suite à la tête du fonds d'investissement Berkshire Hathaway ? Le célèbre " papy de la finance " fêtera dans un mois ses 80 ans. Mais il a toujours entretenu le flou sur la question de sa succession.

    Un coin de voile vient maintenant d'être levé sur l'identité de l'un des plus sérieux candidats : le sino-américain Li Lu, 44 ans, patron d'un fonds d'investissement, est pressenti pour gérer le vaste portefeuille de Berkshire. " Selon moi, c'est couru d'avance ", a indiqué l'adjoint de M. Buffett et son complice de toujours, Charlie Munger, 86 ans, dans un entretien au Wall Street Journal le 30 juillet.

    Les deux octogénaires ont jeté leur dévolu sur un financier au parcours détonnant. Bien avant de se faire une place à Wall Street, M. Li s'est rendu célèbre comme porte-drapeau du " printemps de Pékin ", en 1989. Séparé pendant son enfance de ses deux parents, envoyés en camps de rééducation, M. Li fut l'un des organisateurs de la grève de la faim des étudiants de la place Tienanmen.

    L'étudiant dissident a ensuite fui en France, puis aux Etats-Unis, où les défenseurs des droits de l'homme l'accueillirent en héros. Admis à l'université Columbia, il décrocha simultanément trois diplômes : droit, économie et commerce. C'est à cette période qu'il rencontra pour la première fois M. Buffett : le " sage d'Omaha " était venu délivrer sa bonne parole à l'université, incitant l'étudiant à s'intéresser de plus près au monde de la finance.

    M. Li ouvre son premier hedge fund (fonds spéculatif) en 1997, et investit majoritairement en Asie. A cette époque, il rencontre M. Munger, qui en fait son poulain et lui conseille de transformer son fonds en véhicule d'investissement à long terme.

    " Frapper un grand coup "

    M. Li est à l'origine d'une affaire très fructueuse pour Berkshire Hathaway : en 2008, il convainc M. Buffett de prendre une participation dans le fabricant chinois de batteries électriques pour automobiles BYD. Un investissement qui lui a déjà rapporté 1,2 milliard de dollars (900 millions d'euros).

    Le financier chinois ne devrait pas prendre seul les rênes de Berkshire. M. Buffett envisage de scinder la direction en deux postes : un PDG qui pourrait être David Sokol, actuel patron de la filiale MidAmerican Energy ; et un responsable des investissements.

    Pour appuyer sa candidature, M. Li pourra mettre en avant les excellents résultats de son fonds Himalaya Capital : depuis sa création, en 2004, sa valeur a crû de 338 %, soit quelque 30 % de rendement par an. Filant la métaphore footballistique, M. Li a décrit sa méthode d'une formule propre à séduire le gourou de Wall Street : " Vous pouvez travailler très dur et marquer peu. Mais de temps à autre - très rarement -, vous avez une ou deux grosses occasions qu'il faut saisir afin de frapper un grand coup décisif. "

    Marie de Vergès


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :