• Wall Street finit en net repli après un moment de panique

    Wall Street finit en net repli après un moment de panique :


    WALL STREET DÉVISSE FACE AU RISQUE DE CONTAGION DE LA CRISE GRECQUE

    Plongeon de Wall Street : le Nasdaq annule des transactions

    par Edward Krudy

    NEW YORK (Reuters) - Les marchés d'actions américains ont brusquement dégringolé jeudi après-midi avant de se reprendre et de finir en baisse de plus de 3%, les investisseurs craignant un risque de contagion de la crise grecque et la formation d'une nouvelle crise du crédit.

    L'indice Dow Jones a à un moment perdu plus de 9%, soit environ 1.000 points, pour passer sous la barre des 10.000 points. Ce fut sa plus forte baisse en points jamais enregistrée en cours de séance pour le Dow.

    Selon de multiples sources de marché, le vent de panique qui a soufflé dans les deux dernières heures de la séance trouverait son origine dans une transaction erronée entrée dans le système par un employé d'un grande banque de Wall Street.

    Le Dow Jones a fini en repli de 3,2% à 10.520,32 points.

    Le Nasdaq Composite, lui aussi en baisse de plus de 9% à un moment, a perdu 3,44% à 2.319,64 points.

    L'indice Standard & Poor's, référence des gérants de fonds, a perdu 3,24% à 1.128,15 points après avoir un moment cédé près de 9%, soit une centaine de points.

    Les trois grands indices n'avaient pas connu de tels replis supérieurs à 3% depuis avril 2009.

    "Aujourd'hui, on ne savait pas ce que valait une action et ça, c'est un grave problème, a déclaré Joe Saluzzi chez Themis Trading dans le New Jersey.

    TIRÉS DU LIT

    Les traders du monde entier ont été tirés de leurs lits et priés de se mettre devant leurs écrans au plus fort du plongeon, les investisseurs cherchant à éponger leurs pertes face à la dégringolade rapide des cours.

    Le Nasdaq a indiqué qu'il enquêtait sur les transactions potentiellement erronées concernant plusieurs titres et exécutées entre 14h40 et 15h00.

    Ce moment de panique dans des volumes très nourris est intervenu dans un contexte où les investisseurs étaient déjà très nerveux. Ils n'ont pas apprécié que la Banque centrale européenne n'ait adressé qu'un soutien verbal à la Grèce et n'ait pas répondu à ceux qui l'appelaient à des injections de liquidités supplémentaires ou à l'utilisation d'autres mesures pour aider les pays de la zone euro en difficulté, comme par exemple l'achat d'obligations d'Etat grecque ou d'autres pays de la zone euro.

    Sur le front des sociétés, toutes les valeurs de l'indice Dow Jones ont fini en baisse. Le secteur financier a été le plus touché avec une baisse de 4,1% de l'indice S&P des financières. Plus forte baisse en pourcentage de l'indice Dow Jones, Bank of America a abandonné 7,1% à 16,28 dollars.

    Dans ce contexte, les ventes d'avril plus mauvaises que prévu des grandes chaînes de distribution ont pris un relief particulier, la consommation étant le principal moteur de la croissance économique aux Etats-Unis.

    Les distributeurs Costco Wholesale et Gap ont reculé respectivement de 3,86% à 58,03 dollars et de 7,17% à 22,91 dollars après avoir fait état de ventes difficiles le mois dernier, en hausse de seulement 0,5% pour le premier et en repli de 3% pour le second à périmètre comparable.

    L'indice connu sous le nom de jauge de la peur, l'indice de volatilité du CBOE a fini en hausse de plus de 30%, à son niveau de clôture le plus élevé depuis mai 2009. Il a un moment gagné 50%.

    Danielle Rouquié pour le service français

    • AFP le 07/05/2010 à 02:30

    Plongeon de Wall Street : les régulateurs veulent "prendre des mesures"

    Les régulateurs américains boursier, la SEC, et des marchés des produits dérivés, la CFTC, ont assuré jeudi soir qu'elles allaient étudier le brusque plongeon qu'a connu plus tôt la Bourse de New York, promettant de "prendre des mesures pour protéger les investisseurs".

    La Securitiesand Exchange Commission et la Commodity Futures Trading Commission "travaillent étroitement avec les autres régulateurs financiers, ainsi qu'avec les plateformes d'échanges, pour étudier l'activité inhabituelle observée brièvement cet après-midi" jeudi, indiquent les deux autorités dans un communiqué commun.

    "Nous travaillons aussi avec les plateformes pour prendre les mesures appropriées pour protéger les investisseurs", ont-elles ajouté. "Nous rendrons nos conclusions publiques ainsi que des recommandations en vue d'une action appropriée".

    En quelques minutes, vers 18H45 GMT, le Dow Jones a creusé ses pertes d'environ 200 points à 998,50 points, du jamais vu à Wall Street. Il s'est ensuite repris pour finir en recul de 347,80 points (-3,20%).

    Les chaînes CNBC et Fox Business News ont affirmé peu après que ce mouvement, provoqué par les inquiétudes des investisseurs concernant la crise budgétaire grecque, aurait été amplifié par un erreur d'un courtier de la banque Citigroup.

    Interrogée par l'AFP, Citigroup n'a pas confirmé. "A l'heure actuelle, nous n'avons aucune preuve que Citi ait été impliquée dans une transaction erronée", a indiqué la banque américaine.

    Le marché spécialiste des marchés dérivés, le CME, a affirmé dans un communiqué que "les activités de Citigroup Global Markets sur les marchés des contrats à terme sur les indices boursiers ne semblaient pas irréguliers ou inhabituels".

    Interrogé sur la chaîne CNBC, le patron de l'opérateur boursier NYSE Euronext, Duncan Niederauer, a estimé que ces mouvements particuliers sur ces actions n'étaient pas forcément dus à une erreur humaine.

    La Bourseélectronique Nasdaq s'est elle contentée d'indiquer "travailler avec les autres marchés pour étudier l'activité du marché" lors de la période concernée par le plongeon.

    Faudra analyser ce qui c’est passé, si toutefois cela sera publié.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :